Jean-Pierre ANDREVON

Né en 1937 à Jallieu dans l'Isère, Jean-Pierre Andrevon a publié plus de 160 romans, recueils ou essais dans des domaines aussi divers que le fantastique, la SF, le polar, la littérature jeunesse ou l'écologie. Chanteur, dessinateur, il vit à Grenoble entouré de ses nombreux chats.

Écologiste de longue date, contestataire, satiriste, Andrevon doit aussi son image « révolutionnaire » à un hasard : avoir fait ses débuts, dans la revue Fiction, en mai 68, une date-symbole qu’il n’a cependant jamais reniée.

Véritable homme-orchestre de la science-fiction française dans les années 70, critique et anthologiste, Andrevon a écrit quelques-uns des rares chefs d’œuvre de cette période, dont Le Désert du monde ou Gandahar, un univers qu’il a repris et adapté pour les adolescents dans Les Rebelles de Gandahar et L’Exilé de Gandahar. Grand Prix de la SF française en 1990, pour Sukran, on lui doit des dizaines de nouvelles et de romans.

Ces dernières années, il a fait des incursions remarquées dans le roman noir et le thriller fantastique, sans pour autant négliger la science-fiction à laquelle il voue un attachement toujours réaffirmé. Comme le notait le cinéaste René Laloux dans sa préface chaleureuse à Gandahar, Andrevon est parfois capable de nous offrir « une fantaisie de son imaginaire prolifique et apaisé ». Parfois aussi, la colère resurgit comme dans Les gros seins de la petite juive, un récit semi-autobiographique sur l’antisémitisme ordinaire qu’il a croisé, enfant, sans le comprendre à l’époque.

Révolté chronique et rêveur talentueux, Andrevon est indispensable à tous ceux qui aiment la littérature vivante, enfants ou « grandes personnes », puisqu’il écrit aussi bien pour la jeunesse que pour les adultes. Mais, parce qu’il sait être sérieux dans sa passion, Andrevon est aussi un essayiste des plus compétents. Ainsi, dans Guerre des Mondes ! (Moutons électriques), il explore le mythe de l’invasion martienne dans la littérature et le cinéma, et dans Cent ans et plus de cinéma fantastique et de science-fiction, il brosse un panorama aussi passionné qu'informé des genres de l'imaginaire sur grand écran.

Certains de ses ouvrages, comme Les Guerriers de la nuit, renouent avec sa veine polar, sur les traces du roman noir américain.

Mais l'imaginaire reste au premier plan dans ses livres récents, qu'il s'agisse d'inédits ou de rééditions, pour la jeunesse comme La fée et le géomètre (Grand prix dela SF française 1982), ou pour adultes comme La maison qui glissait, Un horizon de Cendres (un roman zombie avant la mode zombie !), Le Monde enfin (Prix Julia Verlanger 2006), ou le tout récent Demain le monde, panorama de ses meilleures nouvelles. 

Jean-Pierre Andrevon a récemment publié 100 ans et plus de cinéma fantastique et de science-fiction, une véritable somme, érudite et passionnée, l'aboutissement de dizaines d'années d'enthousiasme pour les films d'imaginaire qui lui a valu le Prix de l'Alpe 2013, décerné par la Ville de Grenoble.

 

 

Disponible   À paraître   Bientôt épuisé   Épuisé

Zombies, un horizon de cendres (réed.)

Zombies, un horizon de cendres (réed.)

Premier jour : Au loin, il y a votre voisin. Vous lui faites un signe avant de poursuivre votre route. Jusqu’au moment où vous réalisez que le voisin en question est décédé depuis des semaines…
Troisième jour : Vous ne décollez plus de la télé, qui enchaîne les émissions spéciales. Partout dans le monde les morts se réveillent. Apathiques, ils errent au royaume des vivants…
Cinquième jour : Paralysé de trouille et de dégoût, vous regardez votre femme serrer dans ses bras, au beau milieu de votre salon, une chose qui, un jour, fut sa mère…
Huitième jour : Votre femme vous a quitté après que vous avez réduit en cendres l’ignominie qu’elle appelait « maman ». Derrière vos volets cloués, alors que le chien ne cesse de geindre, ils rôdent.
Neuvième jour : La télé diffuse un reportage au cours duquel on voit une de ces choses dévorer un chat vivant… Ils sont désormais des millions et vous ne vous posez qu’une question : mon monde n’est-il pas désormais le leur ?

Avec Zombies, un horizon de cendres, texte choc hommage au Dawn of the Dead de George A. Romero ainsi qu’au célèbre roman Je suis une légende de RichardMatheson, Jean-Pierre Andrevon nous offre une fin du monde qui, au-delà de l’horreur, se révèle une tranchante analyse de l’altérité doublée d’un regard sans concession sur les maux de la modernité.

15,00 €   Ajouter au panier

La Réserve

La Réserve

Dans un futur lointain… Kitti Pritti survit péniblement dans les Terres-sous-le-Ciel, chose malaisée d’autant qu’elle doit subvenir aux besoins de son bébé. Lorsque la nourriture se fait rare, Kitti Pritti se lance à l’aventure…

« La Réserve », qui introduit le recueil Demain le monde, est la première nouvelle de Jean-Pierre Andrevon à avoir été publiée professionnellement.

0,49 €   Ajouter au panier

Un nouveau livre de la jungle des villes

Un nouveau livre de la jungle des villes

Dans un futur lointain… Depuis qu’on l’a découvert bébé, Petit Homme vit auprès des Loups gris, avec Papa Kasawaki 632 et Maman Kasawaki 530. Ces derniers n’ont rien d’humain : ce sont des machines, qui continuent d’accomplir leurs tâches bien après le déclin de l’humanité. À leur côté, Petit Homme va apprendre la vie… Un hommage irrévérencieux au Livre de la Jungle de Kipling !

0,49 €   Ajouter au panier

Un petit saut dans le passé

Un petit saut dans le passé

Perry Langdon travaille auprès du professeur Bowman, dans un centre de recherche ultra-secret situé quelque part aux États-Unis. Un centre qui travaille sur le voyage dans le temps. Après avoir envoyé des objets et des animaux, vient le moment de faire un test impliquant un humain. Et c’est Perry Langdon qui est choisi. Sa mission : un saut de cinq heures dans le passé, et qui vont déterminer la vie de Langdon plus qu’il ne l’imagine.

0,49 €   Ajouter au panier

L'Arme

L'Arme

À El Paso, personne n’a vu la soucoupe volante, si ce n’est quelques crotales, des vautours… et un jeune gamin. Qui s’empresse de s’emparer la chose que l’ovni a laissé derrière lui : une arme. Un désintégrateur. Le gamin en profite pour faire régner sa loi dans les quartiers interlopes d’El Paso, avant que l’arme ne tombe entre d’autres mains, et d’autres encore…

0,49 €   Ajouter au panier

L'Homme qui fut douze

L'Homme qui fut douze

Au temps de la conquête humaine de l’espace. Au sein de l’amas Béta du Centaure, la planète II du soleil G5/13 est explorée par le vaisseau Shalom et ses douze membres d’équipage. Bientôt nommée Vita, cette planète, située géologiquement au Miocène, se révèle riche en périls. Et les membres d’équipage meurent les uns après les autres. Pour autant, comme le dit le dicton : rien ne se perd, tout se transforme…

0,49 €   Ajouter au panier

La Bête des étoiles et l'empathe

La Bête des étoiles et l'empathe

Paul Einreid est un empathe. Capable de percevoir les émotions et les pensées de toute être, humain ou animal, c’est à lui qu’on fait appel lorsqu’une créature, ramenée de la lointaine planète Tabula Negra, fait régner la terreur au Centre exobiologique. Lui seul peut l’arrêter… et la comprendre.

0,49 €   Ajouter au panier

Manuscrit d'un roman de SF trouvé dans une poubelle

Manuscrit d'un roman de SF trouvé dans une poubelle

À la suite d’une guerre atomique, la Terre va mourir. Heureusement, le Professeur a construit dans son garage à vélo un astronef, à bord duquel lui-même, sa fille Grâce et le reporter John Carter vont prendre place. Destination Vénus ! À moins que l’infâme Basil ne mette son grain de sable…

Un hommage grinçant et déjanté à « la SF naïve de l’époque héroïque » !

0,49 €   Ajouter au panier

Le Château du dragon

Le Château du dragon

Dans le Waldendrhath, les partisans sont en guerre contre la Ville-Château et son régime tyrannique. Ils confient à Sylvin Lanvère, chevalier au service de la reine Ambisextra, la mission d’enlever le Petit Prince, afin d’éviter qu’il soit couronné par le pouvoir en place.

Une nouvelle située dans l’univers du chef d’œuvre de Jean-Pierre Andrevon, Gandahar.

0,49 €   Ajouter au panier

Régression

Régression

Juin 1940. L’oncle Antoine a inventé une machine à voyager dans le temps, la Chronoserie. Pour échapper à la guerre, il décide de fuir avec son épouse, son neveu et leur servante, dans le passé. Las, leur saut en arrière de vingt-cinq les amène sur les champs de bataille de 1914. Alors il faut reculer, encore… jusqu’à ce que la machine s’emballe et les transporte dans les strates les plus lointaines du passé de la Terre.

0,49 €   Ajouter au panier

L'Anniversaire du Reich de mille ans

L'Anniversaire du Reich de mille ans

30 avril 2933. À Neuvalencia, petite ville française, comme partout ailleurs dans le monde, les habitants se préparent à fêter les mille ans du Grand Reich. Fondé par Adolph Hitler le 1er mai 1933, il n’a connu en dix siècles d’existence aucune interruption. Et rien ne paraît devoir contrarier la fête. Pourtant, le vent se lève et charrie une étrange odeur de brûlé…

0,49 €   Ajouter au panier

La Porte au fond du parc entre le cèdre et les chênes

La Porte au fond du parc entre le cèdre et les chênes

Au fond de ce parc de la région parisienne, entre le cèdre et les chênes, s’ouvre une porte. Pas n’importe quelle porte : une porte temporelle, utilisée par les agents de Transtemps lors de leurs missions à travers l’histoire. C’est par cette porte qu’arrive Cyril Brok Hammad lors d’une mission en 2015, et c’est dans la maison au-delà de ce parc qu’il rencontre une vieille femme, à l’article de la mort, qui affirme le connaître…

0,49 €   Ajouter au panier

Rien qu'un peu de cendre et une ombre portée sur un mur

Rien qu'un peu de cendre et une ombre portée sur un mur

Enfant timide et solitaire, Virginie possède un pouvoir qu’elle ne s’explique pas : celui de faire disparaître les choses qui ne lui plaisent pas. Une mouche qui l’ennuie, un chien qui la menace, un camion qui manque de l’écraser… Flux et reflux ; si rien ne se crée, rien ne se perd non plus.

0,49 €   Ajouter au panier

... il revient au galop

... il revient au galop

Un été, une pluie incessante tombe sur l’hémisphère nord de la planète. Passé l’été, la pluie continue, amenant avec elle un cortège de mousses et de plantes perçant le béton. À mesure que le temps passe et que la météo pluvieuse continue, il semble bien que la bataille de l’humanité contre le « cancer vert » soit en passe d’être perdue.

0,49 €   Ajouter au panier

Salut, Wolinski !

Salut, Wolinski !

« Je n’aime pas les pauvres. Je n’aime pas les riches. Je n’aime pas les pauvres et je n’aime pas les riches, mais ce n’est rien à côté des intellectuels. Les intellectuels, je les hais. Les philosophes surtout mais en vérité je les mets tous dans le même sac à merde. Ça me part du fond des tripes et ça me remonte jusqu’au cerveau en bousculant toute ma viande, je n’y peux rien, c’est comme ça. Résultat des courses, je viens le moins souvent possible dans les quartiers intellectuels, juste pour le boulot. »

Et le boulot du narrateur, c’est de tuer. Une nouvelle à l’origine du roman Le Travail du furet dans le poulailler.

0,49 €   Ajouter au panier

Tout à la main

Tout à la main

La fin du monde a eu lieu. Mais Jean-Pierre Andrevon, vivant dans sa maison reculée à Mont-Saint-Martin, y a survécu. Et il est peut-être bien le seul. Tout autour, ce n’est que cendres et boue brûlante. Dans la sécurité de sa maison, il se replonge dans ses souvenirs, et repense à toutes les femmes qu’il a aimées. En attendant la fin.

0,49 €   Ajouter au panier

Halte à Broux

Halte à Broux

Il ne se passe jamais rien à Broux. C’est pourtant dans ce village isolé, hors du temps, que quatre soldats de l’Armée française, quatre déserteurs, trouvent refuge. Tandis que les bombardiers américains survolent la France et que les rumeurs de la guerre se font toujours plus inquiétantes, les déserteurs s’abîment dans un monde de vie bucolique.

0,49 €   Ajouter au panier

Comme un rêve qui revient

Comme un rêve qui revient

Première moitié du XXIe siècle. Quelque part en Afrique, un mokele mbembe — ce dinosaure mythique — aurait été aperçu. Aux USA, des paléontologues ont été dévorés par, peut-être, des grizzlis, dans une région qui en est notoirement dépourvue. Ailleurs encore, on aperçoit ce qui pourrait bien être des dinosaures… Reviendraient-ils ?

0,49 €   Ajouter au panier

Sur la banquette arrière

Sur la banquette arrière

Quelque part en Californie, au détour d’une route serpentant parmi les plantations d’oranger, un 4 juillet 1955 peu avant minuit, sur la banquette arrière d’une Ford 1949 en piteux état, est conçu Benny Serano. Et, un demi-siècle plus tard, Benny Serano va provoquer la fin du monde.

0,49 €   Ajouter au panier

Comme une étoile solitaire et fugitive

Comme une étoile solitaire et fugitive

Croche est un enfant de la bombe, un mutant. À peine plus qu’une larve, avec sa tête difforme et ses membres atrophiés. La faute aux radiations. Un individu à peine viable. Mais Croche peut ressentir les pensées des autres, et il sait que dans ce monde futur, les mutants comme lui ne sont pas les bienvenus. Néanmoins, lorsque les nuages dévoilent le ciel, Croche a un espoir : gagner les étoiles.

0,49 €   Ajouter au panier

En route pour la chaleur !

En route pour la chaleur !

En plein mois de juillet, ou d’août peut-être, c’est l’hiver. Les collines de glace dérivent lentement du nord vers le sud. Lorsque plus ne fonctionne, lorsque l’électricité est coupée, il faut bien se résoudre à partir avant de geler sur place. Pour aller où ? À la gare, dans l’espoir d’embarquer dans un train à destination du sud. À destination de la chaleur… Du moins, si les trains circulent encore.

0,49 €   Ajouter au panier

Épilogue peut-être

Épilogue peut-être

« L’an 2000 est là, ce n’est pas tout à fait celui qu’on attendait. Le futur n’est plus ce qu’il était, a déclaré Arthur C. Clarke. Eh non : en l’an 2000, plus de cuivre ni de zinc ; en l’an 2000, six milliards d’habitants ; en l’an 2000, une voiture pour deux citoyens aux Etats-Unis : en l’an 2000, plus d’eau ; en l’an 2000, plus d’air ; en l’an 2000, la famine ; en l’an 2000, la guerre. En l’an 2000, la fin du monde. En l’an 2000, tu mourras, si tu n’es pas mort avant. »

0,49 €   Ajouter au panier

Le Monde enfin

Le Monde enfin

Dans un futur proche… Le monde civilisé a pris fin, et la nature reprend désormais tous ses droits. Les villes tombent en ruine, les animaux domestiques retournés à l'état sauvage hantent les campagnes. Un vieil homme à dos de cheval traverse une France quasi vidée de ses habitants. Son intention ? Gagner le Sud, les rivages de la Méditerrannée, afin d'y mourir en paix…

La novella-culte de Jean-Pierre Andrevon, ici dans une version réécrite pour sa republication dans le recueil Demain le monde.

2,99 €   Ajouter au panier

Demain le monde

Demain le monde

« C’est un cercle vicieux. Toi, tu te trouves au centre de ce cercle, avec tes quatre milliards de frères qui seront bientôt, si vite, six milliards, tu es au centre de ce cercle debout dans ton jardin mouillé, les pieds dans les feuilles de l’automne pourrissant, et tu lèves la tête vers le ciel bouché, muet, inutile, et tu cries au-dedans de toi il n’y a rien à faire ? Et comme, malgré tout, la translucide main d’espérance s’accroche encore à toi, tu répètes et tu répètes encore et encore… il n’y a rien à faire ? »

Depuis sa première nouvelle parue en mai 1968 (ça ne s’invente pas), et son premier roman, Les Hommes-machines contre Gandahar, l’année suivante, Jean-Pierre Andrevon a publié près de six cents récits, romans, scénarios de films ou bandes dessinées. Une oeuvre immense, essentielle à coup sûr, engagée plus qu’à son tour, traversée par une exceptionnelle grâce, parfois, et toujours portée par une manière de colère, une urgence, une nécessité à alerter, dénoncer, aimer aussi…

Demain le monde, ou un livre monument pour un auteur phare, la sélection de la crème des nouvelles rédigées par un nouvelliste d’exception, vingt-deux récits de science-fiction glanés sur quarante-cinq années d’une carrière qui n’a pas fini de marquer le genre et bien au-delà. Une référence.

9,99 €   Ajouter au panier

Demain le monde

Demain le monde

« C’est un cercle vicieux. Toi, tu te trouves au centre de ce cercle, avec tes quatre milliards de frères qui seront bientôt, si vite, six milliards, tu es au centre de ce cercle debout dans ton jardin mouillé, les pieds dans les feuilles de l’automne pourrissant, et tu lèves la tête vers le ciel bouché, muet, inutile, et tu cries au-dedans de toi il n’y a rien à faire ? Et comme, malgré tout, la translucide main d’espérance s’accroche encore à toi, tu répètes et tu répètes encore et encore… il n’y a rien à faire ? »

Depuis sa première nouvelle parue en mai 1968 (ça ne s’invente pas), et son premier roman, Les Hommes-machines contre Gandahar, l’année suivante, Jean-Pierre Andrevon a publié près de six cents récits, romans, scénarios de films ou bandes dessinées. Une oeuvre immense, essentielle à coup sûr, engagée plus qu’à son tour, traversée par une exceptionnelle grâce, parfois, et toujours portée par une manière de colère, une urgence, une nécessité à alerter, dénoncer, aimer aussi…

Demain le monde, ou un livre monument pour un auteur phare, la sélection de la crème des nouvelles rédigées par un nouvelliste d’exception, vingt-deux récits de science-fiction glanés sur quarante-cinq années d’une carrière qui n’a pas fini de marquer le genre et bien au-delà. Une référence.

25,00 €   Ajouter au panier

La Pucelle enfumée

La Pucelle enfumée

« Puisque tu as précipité les démons en enfer à la pointe de ton épée, où elle est ?
– Quoi donc, mon enfant ?
– Ta foutue épée, bon sire Saint Michel. Et ta lance, ta hache, ta masse d’arme et tout le tintouin ?
– Jeanne, tu devrais savoir qu’un ange n’a point besoin de grossières armes moyenâgeuses pour vaincre les démons. La toute puissance nucl… »
Grimée en l'archange saint Michel, Maïssé, de l’agence Transtemps, est chargée d’une mission des plus simple : convaincre une jeune paysanne d’aller bouter les Anglais hors de France. Mais la jeune Jeanne Dart ne l’entend pas de cette oreille…

Gratuit  

Zombies, un horizon de cendres

Zombies, un horizon de cendres

« Quand il n'y a plus de place en Enfer, les morts reviennent sur Terre. »

Premier jour : Au loin, il y a votre voisin. Vous lui faites un signe avant de poursuivre votre route. Jusqu'au moment où vous réalisez que le voisin en question est décédé depuis des semaines...

Troisième jour : Vous ne décollez plus de la télé, qui enchaîne les émissions spéciales : partout dans le monde les morts se réveillent. Apathiques, ils errent au royaume des vivants...

Cinquième jour : Paralysé de trouille et de dégoût, vous regardez votre femme serrer dans ses bras, au beau milieu de votre salon, une chose qui, un jour, fut sa mère...

Huitième jour : Votre femme vous a quitté après que vous avez réduit en cendres l'ignominie qu'elle appelait « maman ». Derrière vos volets cloués, alors que le chien ne cesse de geindre, ils rôdent.

Neuvième jour : La télé diffuse un reportage au cours duquel on voit une de ces choses dévorer un chat vivant... Ils sont désormais des millions et vous ne vous posez qu'une question : mon monde n'est-il pas désormais le leur ?

Jean-Pierre Andrevon est né à Bourgoin-Jallieu en 1937. Il publie son premier roman, Les Hommes-machines contre Gandahar, en 1969 chez Denoël. C'est le point de départ d'une œuvre protéiforme très engagée, un parcours dense et unique dans les domaines de la science-fiction, du fantastique ou du thriller.

Avec Zombies, un horizon de cendres, texte choc hommage au Dawn of the dead de George A. Romero ainsi qu'au célèbre roman Je suis une légende de Richard Matheson, Jean-Pierre Andrevon nous offre une fin du monde qui, au-delà de l'horreur, se révèle une tranchante analyse de l'altérité doublée d'un regard sans concession sur les maux de la modernité.

6,99 €   Ajouter au panier

La Maison qui glissait

La Maison qui glissait

« Mon Dieu… c’est la fin du monde. »

 

Un immense fracas le réveille. Le tonnerre ? Peut-être… Le jour pointe, la chaleur est déjà étouffante dans l’appartement minuscule occupé par Pierre au 13e étage de sa tour de banlieue. Ensommeillé, il entrouvre le rideau de la fenêtre depuis son lit… et demeure pétrifié par le panorama qui se révèle à lui. Un brouillard poisseux bouche l’horizon, c’est à peine s’il distingue la silhouette de la tour des Tilleuls à quelques dizaines de mètres de là. Le brouillard, avec une telle canicule ?... Ainsi débute le cauchemar pour tous les résidents de cette barre HLM coupée du monde par un mur cotonneux qui semble abriter de terrifiantes créatures, une réclusion forcée qui va contraindre les habitants à s’organiser pour faire face à l’indicible et révéler la vraie nature de chacun. Car après tout, le pire n’est peut-être pas dans la brume…

 

Et d’ailleurs, d’où vient-elle, cette brume ?

 

Jean-Pierre Andrevon, né à Bourgoin-Jallieu en 1937, est l’une des plus incontournables figures de la science-fiction française contemporaine. Après une intense collaboration à la mythique revue Fiction (auteur, critique, essayiste), il publie son premier roman, Les Hommes-Machines contre Gandahar, en 1969 (adapté par René Laloux en long-métrage d’animation sur des dessins de Philippe Caza). C’est le début d’un parcours littéraire aussi dense (plus de quatre-vingts romans) qu’engagé, une œuvre traduite dans une dizaine de langues, plusieurs fois adaptée à la télévision et saluée par le Grand Prix de l’Imaginaire à deux reprises. Quatre ans après la parution du Monde enfin, La Maison qui glissait, roman SF aux échos picaresques et aux implications sociales tranchantes, signe le grand retour de Jean-Pierre Andrevon sur le devant de la scène éditoriale.

9,99 €   Ajouter au panier

Bifrost n° 59

Bifrost n° 59

A son réveil, un matin, B. fut étonné de trouver Shepperton désert. A 9 heures, il entra dans la cuisine, surpris de constater que ni le courrier ni les quotidiens n’avaient été distribués, et qu’une panne d’électricité l’empêchait de préparer son petit déjeuner. Il regarda pendant une bonne heure la glace fondue suinter du réfrigérateur, puis sortit pour aller se plaindre à son voisin.

Bizarrement, la maison de son voisin était vide. Sa voiture était toujours dans l’allée, mais la famille entière — mari, femme, enfants et chien — avait disparu. Encore plus étrange, la rue était emplie d’un silence parfait. Aucune circulation sur l’autoroute proche et aucun trafic aérien autour de l’aéroport de Londres. B. traversa la chaussée et frappa à plusieurs portes. A travers les fenêtres, il pouvait voir les intérieurs vides. Tout, dans cette paisible banlieue, était à sa place, exception faite de ses habitants.

James G. Ballard

« Autobiographie secrète de J. G. B.****** »

11,00 €   Ajouter au panier

La Maison qui glissait

La Maison qui glissait

« Mon Dieu… c’est la fin du monde. »

 

Un immense fracas le réveille. Le tonnerre ? Peut-être… Le jour pointe, la chaleur est déjà étouffante dans l’appartement minuscule occupé par Pierre au 13e étage de sa tour de banlieue. Ensommeillé, il entrouvre le rideau de la fenêtre depuis son lit… et demeure pétrifié par le panorama qui se révèle à lui. Un brouillard poisseux bouche l’horizon, c’est à peine s’il distingue la silhouette de la tour des Tilleuls à quelques dizaines de mètres de là. Le brouillard, avec une telle canicule ?... Ainsi débute le cauchemar pour tous les résidents de cette barre HLM coupée du monde par un mur cotonneux qui semble abriter de terrifiantes créatures, une réclusion forcée qui va contraindre les habitants à s’organiser pour faire face à l’indicible et révéler la vraie nature de chacun. Car après tout, le pire n’est peut-être pas dans la brume…

 

Et d’ailleurs, d’où vient-elle, cette brume ?

 

Jean-Pierre Andrevon, né à Bourgoin-Jallieu en 1937, est l’une des plus incontournables figures de la science-fiction française contemporaine. Après une intense collaboration à la mythique revue Fiction (auteur, critique, essayiste), il publie son premier roman, Les Hommes-Machines contre Gandahar, en 1969 (adapté par René Laloux en long-métrage d’animation sur des dessins de Philippe Caza). C’est le début d’un parcours littéraire aussi dense (plus de quatre-vingts romans) qu’engagé, une œuvre traduite dans une dizaine de langues, plusieurs fois adaptée à la télévision et saluée par le Grand Prix de l’Imaginaire à deux reprises. Quatre ans après la parution du Monde enfin, La Maison qui glissait, roman SF aux échos picaresques et aux implications sociales tranchantes, signe le grand retour de Jean-Pierre Andrevon sur le devant de la scène éditoriale.

22,00 €   Ajouter au panier

Page 1 sur 2  

Ça vient de paraître

24 vues du mont Fuji, par Hokusai

Le prochain Bifrost

Bifrost n° 88
PayPlug