Revue de presse

Les Meurtres de Molly Southbourne : l'avis de Célindanaé

« Tade Thompson réussit donc le pari de traiter de nombreux thèmes en un peu plus de 100 pages, avec un récit parfaitement maîtrisé à l’atmosphère angoissante. Les meurtres de Molly Southbourne est un véritable bijou, une histoire horrifique modernisant le thème du double. Un des meilleurs titres de cette surprenante collection ! » Au pays des Cave Trolls

Colonies chez les Histoires de Lullaby

« Avec ce recueil, Laurent Genefort prouve qu’il est aussi doué pour la forme courte que pour le format long. À lire absolument si vous aimez la science-fiction – a fortiori le space op’ – et les univers froids, mais variés, où évoluent des personnages à la psychologie travaillée. » Les histoires de Lullaby

Jack Vance chez Télérama

« Les nouvelles de Vance ont les mêmes qualités que ses grands romans : une imagination foisonnante, une ironie narquoise, des personnages roublards et souvent héros malgré eux. » Télérama

Molly Southourne dans la nooSFere

« D’une efficacité rare, Les meurtres de Molly Southbourne est un récit qui happe le lecteur, qui l’empêche de respirer jusqu’à sa conclusion. Sa virtuosité le place sans aucun doute comme l’un des meilleurs titres de la collection, directement aux cotés de L’Homme qui mit fin à l’histoire de Ken Liu.  » nooSFere

Bankgreen, l'intégrale sur ActuSF

« … une chose est sûre : Di Rollo est resté lui-même dans cette incursion dans un genre a priori loin de son univers personnel, c’est-à-dire qu’il a gardé tout son talent de conteur. Donc, cher ami lecteur, tu vas aller lire cette intégrale. » ActuSF

“Colonies” : l'avis de Diaspora galactique

« En conclusion, Colonies donne à lire un bel aperçu du talent de Laurent Genefort qui ravira les fans et offre aux lecteurs qui voudrait découvrir cet auteur incontournable de la SF francophone une belle porte (de Vangk) d’entrée dans son univers. Je recommande chaudement. » Diaspora galactique

Aux douze vents du monde : l'avis de Yossarian

« Éminemment fraternelles, toujours politiques dans la meilleure acception du terme, ouvertes à autrui, les nouvelles d’Ursula Le Guin dévoilent donc toutes les nuances d’une sensibilité chaleureuse et d’une intelligence aiguisée. Celle d’une humanité fragile, sans cesse frappée par la finitude de sa condition et pourtant toujours prompte à s’émerveiller. » Yossarian

Page 1 sur 28  

Ça vient de paraître

Helstrid de Christian Léourier

Le dernier Bifrost

Bifrost n° 93
PayPlug