Revue de presse

“Trop semblable à l'éclair” de l'Autre côté des livres

« … faut-il lire Trop semblable à l’éclair ? Si vous êtes hermétiques à la philosophie ou au choix narratif particulier de l’autrice, non. En revanche, si la littérature et les idées du XVIIIe siècle ne vous rebutent pas et si vous avez envie de les voir se mêler à une intrigue de science-fiction de haute volée, foncez. En tout cas, personnellement je serais au moins au rendez-vous de mars 2020 pour suivre la suite du rapport de Mycroft Canner dans Sept Redditions. »

“Trop semblable à l'éclair” chez En Attendant Nadeau

« Grand livre de science-fiction et grand livre tout court, aussi éblouissant que bouleversant, Trop semblable à l’éclair est une fiction jouant avec la fiction et simultanément une fiction très sérieuse, dans laquelle Ada Palmer allie une intrigue passionnante et des personnages mémorables à une réflexion sur l’organisation sociale et la création. On a hâte de lire la suite. » En attendant Nadeau

“Jardins de poussière” chez le Syndrome Quickson

« Réussir, comme le fait Ken Liu, à présenter dans des formats courts, des situations et des personnages souvent complexes, avec une clarté totale, tout en se permettant le luxe d’y insinuer une émotion puissante, sans jamais se compromettre dans les clichés ou un pathos affligeant, cela ne confine qu’au génie littéraire, pur et simple. » Le Syndrome Quickson

“Trop semblable à l'éclair” : l'avis de Nevertwhere

« Un peu effrayant au premier abord, Trop semblable à l'éclair est un livre clairement à la hauteur de sa réputation. Certes il faut s’accrocher, mais l’incroyable richesse de l’univers vaut bien quelques efforts, d’autant plus qu’une fois bien installé, il est difficile de lâcher l’affaire, tant on veut en savoir plus sur ces personnages ambigües sur lesquels il est difficile d’arrêter une opinion. » Nevertwhere

“Jardins de poussière” chez Just A Word

« Jardins de poussière n’est pas qu’un grand recueil de nouvelles, c’est aussi une façon magistrale d’agencer des histoires, de construire un ouvrage passionnant. Cette construction fluide et intelligente permet une démonstration magistrale : celle qui révèle définitivement Ken Liu comme un grand auteur de science-fiction aux questionnements humains passionnants et à la sensibilité essentielle capable de mêler réflexions technologiques et éthiques aux choses les plus intimes de l’homme. » Just A Word

Vie™ chez Boojum

« Dérangeant, antipathique, Bonheur™ secouait le lecteur par son nihilisme et sa description d’une société de consommation poussé à l’extrême… En fait, on n’avait encore rien vu, car Vie™ va beaucoup plus loin. » Boojum

“Trop semblable à l'éclair” dans la Yozone

« Ce premier tome de « Terra Ignota » regorge de subtilités, de trouvailles, d’inventivités propres à contenter l’amateur de SF toujours avide de découvrir de nouvelle voix.
Dense et d’une très grande richesse, Trop semblable à l’éclair s’avère fascinant du début à la fin ouverte sur la suite Sept Redditions annoncée pour mars 2020.
Plus de 650 pages de haute volée à savourer pour prendre un grand bol d’air frais de SF.
Ada Palmer, retenez bien ce nom. » La Yozone

“Jardins de poussière” sur l'Épaule d'Orion

« Ken Liu est un géant. Dans Jardins de poussière il fait œuvre de science-fiction. Il interroge le présent à la lumière du passé et porte un regard critique sur l’avenir. Il y entrevoit des solutions, refuse les banalités et la facilité mais interroge encore et encore, dévoilant les failles et les dangers. Il confronte l’humain à sa nature profonde, le ramène à sa dimension, le tabasse et le fait souffrir puis lui montre les étoiles et la poésie du monde. Du grand art. » L'Épaule d'Orion

“La Profondeur des tombes” chez Yossarian

« Sous les apparences de l’allégorie et de la dystopie, la noirceur des paysages traversés par Pennbaker fait écho à celle de sa psyché, le poussant à suivre son fatum jusqu’à son terme, nous abandonnant épuisé mais guère apaisé. » Yossarian

Page 1 sur 31  

Ça vient de paraître

Jardins de poussière

Le dernier Bifrost

Bifrost n° 97
PayPlug