Parallaxe

Publiée sous la direction de Roland Lehoucq — astrophysicien au CEA, enseignant à l’école Polytechnique et à Sciences Po, président du festival nantais des Utopiales —, la collection Parallaxe, espace éditorial totalement inédit en France, se propose de faire dialoguer science et science-fiction sous la plume de scientifiques de haut vol et dans des registres variés. De la vulgarisation scientifique, en somme, ludique mais étayée, afin de réfléchir à la science d’aujourd’hui et à ce qu’elle pourrait nous révéler demain…

Trois questions à Roland Lehoucq 

La parallaxe, c’est quoi ?

La parallaxe est un changement de la perception de notre environnement dû à un changement de point de vue. Le nom de la collection évoque donc le décalage qu’utilise la SF pour interroger notre monde. Elle permet de faire un pas de côté, ou de prendre de la hauteur, pour mieux nous observer sous un jour différent, pour révéler des travers ou des possibles cachés par la vie quotidienne.

Pourquoi cette collection ?

Elle est née de ma pratique dans la diffusion des connaissances scientifiques et du soutien des éditions du Bélial’. Depuis 1999, je tiens la rubrique Scientifiction de la revue Bifrost. J’y analyse les grands thèmes scientifiques que l’on trouve dans la SF (voyage interstellaire, voyage dans le temps, matériaux imaginaire, etc.) et discute des rapports qu’entretiennent sciences et SF. Le public appréciant la démarche, les éditions du Bélial’, ont accepté de porter cette collection pour concrétiser cette expérience. Sous couvert d’évasion, voire de divertissement de masse, la science-fiction est en réalité un fabuleux laboratoire d’expérimentations et une véritable pédagogie du réel.

Que va-t-on trouver au sein de « Parallaxe » ?

On y trouvera des essais visant le grand public mélangeant sciences (physique, biologie, chimie, sociologie, droit, géographique, linguistique, etc.) et science-fiction. Il s’agira de diffuser des connaissances en s’appuyant sur la SF, retissant ainsi le lien originel qu’elle entretenait avec les sciences.

Télécharger le catalogue 2019 du Bélial'

Disponible   À paraître   Bientôt épuisé   Épuisé

Station Metropolis direction Coruscant

Station Metropolis direction Coruscant

Depuis la fameuse Metropolis de Fritz Lang jusqu'à la cité-planète de Coruscant dans Star Wars, en passant par les mégalopoles étouffantes de Soleil vert ou Blade Runner, les villes du futur, réelles ou imaginaires, semblent concentrer les maux : démesure et surpopulation, violence et oppression, pollution et ghettoïsation… La science-fiction aurait-elle peur des villes ? N'y aurait-il de salut que dans leur destruction ?
Telles sont les interrogations soulevées par Alain Musset, géographe et directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, qui nous livre ici un ouvrage référencé et engagé. Alors que les prévisions indiquent que deux personnes sur trois habiteront dans des centres urbains à l'horizon 2050, il devient crucial de déterminer comment mieux habiter et vivre ensemble. Or en la matière, la science-fiction sait nous indiquer le chemin pour ne pas faire des villes un enfer sur Terre…

16,90 €  

Comment parler à un alien ?

Comment parler à un alien ?

Imaginez : les extraterrestres sont là ! Sur Terre. À côté de chez vous… Et d’emblée se pose la question cruciale qui accompagne l’extraordinaire événement : comment leur parler ? Comment s’en faire comprendre ?

Le langage, sans conteste au cœur de ce qui nous définit en tant qu’espèce pensante, sera d’une importance cruciale. La science-fiction, domaine réflexif par essence, l’a compris depuis ses origines et en a fait l’un de ses sujets de prédilection, tant au cinéma qu’en littérature, de Babel 17 à Premier Contact, de L’Enchâssement aux Langages de Pao.

Frédéric Landragin, docteur en informatique-linguistique, directeur de recherche au CNRS, fait ici dialoguer — précisément — science-fiction et linguistique, livrant un ouvrage aussi érudit qu’accessible qui expose les bases des sciences du langage, questionne la nature des langues et s’interroge sur les modalités d’un premier contact. Car après tout, comme nous l’apprend souvent la science-fiction, l’alien n’est pas toujours celui que l’on croit, et apprendre à parler à l’autre, c’est aussi savoir se parler à soi-même…

14,90 €   Ajouter au panier

La Science fait son cinéma

La Science fait son cinéma

Défier les lois de la physique avec Ant-Man, et celles de l’anatomie avec Godzilla. S’aventurer aux abords d’un trou noir… et y plonger avec Interstellar. Communiquer avec les aliens comme dans Premier Contact. Se retrouver seul sur Mars et tenter d’y survivre. Étudier Prometheus et s’interroger sur l’origine et l’évolution des espèces extraterrestres… Ici, Roland Lehoucq, astrophysicien au CEA, et Jean-Sébastien Steyer, paléontologue au Muséum national d'histoire naturelle de Paris et au CNRS, ne cherchent pas à démolir le septième art et son rapport à la science, mais bien à enrichir le regard du lecteur en traitant du contenu scientifique d’une quinzaine de films. Plus que le résultat, c’est la démarche qui importe : mobiliser ses connaissances, s’informer, faire preuve d’esprit critique, développer sa capacité d’analyse, goûter au plaisir de la découverte. Et, surtout, faire de la science en s’amusant !

14,90 €   Ajouter au panier

Ça vient de paraître

Acadie

Le dernier Bifrost

Bifrost n° 95
PayPlug