Dernières nouvelles du Bélial'

"Station Metropolis direction Coruscant" dans la Yozone

« Station Metropolis direction Coruscant est limpide dans son propos, bien construit et s’appuie sur les œuvres de science-fiction pour nous monter la réalité des villes d’aujourd’hui.
Une très belle collection pour éveiller notre curiosité et notre esprit critique. Et ce qui ne gâche rien, Cédric Bucaille la met magnifiquement en scène. » La Yozone

"Comment parle un robot ?" sur l'Épaule d'Orion

« … une fois encore, Frédéric Landragin livre un essai absolument passionnant sur l’état de l’art en linguistique informatique. La collection Parallaxe constitue, ouvrage après ouvrage, un corpus unique en son genre et  Comment parle un robot ? y apporte une contribution remarquable. » L'Épaule d'Orion

Un premier avis sur Capitaine Futur T5

« S’il n’a pas la densité narrative et visuelle du "Cycle de Mars" d’Edgar Rice Burroughs, son contemporain, le sense of wonder agit néanmoins avec une certaine maestria. Les univers mis en scène et le charme des protagonistes ne manquent pas d’opérer leur séduction. Une bien agréable récréation, à consommer entre un Ken Liu et un Greg Egan par exemple… » lefictionaute.com

Une promotion numérique !

Au fait, est-ce qu'on vous l'a dit ? Les ebooks de Trop semblable à l'éclair d'Ada Palmer (trad. Michelle Charrier), Lum'en de Laurent Genefort et Diaspora de Greg Egan (trad. Francis Lustman) sont en ce moment en promotion à -50%dans toutes les librairies numériques et sur belial.fr Si vous ne les avez pas déjà lus, c'est le moment d'ajouter quelques titres à votre PÀL numérique. Restez chez vous, lisez !

Un premier avis sur "Comment parle un robot ?"

« Rédigé pour le grand public et publié chez une maison d’édition spécialisée dans la science-fiction, cet ouvrage s’avère l’un des plus complets dans le domaine, tout en restant parfaitement accessible… » Revue-banque

Molly Southbourne chez l'Ours inculte

« Les meurtres de Molly Southbourne est donc un texte percutant de fantastique et d’horreur, esquissant un petit fond SF, d’une redoutable efficacité. Sa construction et sa richesse thématique le poussent bien au-delà du simple divertissement d’horreur, tout en ayant le bon goût de ne pas trop nous tenir par la main pour nous livrer ses secrets. » L'Ours inculte

Ça vient de paraître

Harrison Harrison

Le dernier Bifrost

Bifrost n° 97
PayPlug