En-tête Bifrost 85En-tête GotlandEn-tête GouffreEn-tête Bifrost 84En-tête Afterparty

Gotland

(2016)

de Nicolas FRUCTUS

Thomas DAY

Disponible  Livre cousu 39,00 €
Disponible  Livre numérique PDF 14,99 €
Disponible  Papier + numérique 53,99 €

Il y a les terres de Gotland qui, par-delà les brumes d'un Haut Moyen Âge païen, recèlent un secret sans âge.

Il y a la faille Maréchal, dans l'exultation d'un XIXe siècle conquérant, l'étrange Mémoire des mondes troubles et les portes qui s'y trouvent.

Il y a enfin Forbach et son manoir Wallenberg, à l'orée du XXIe siècle, le mystère d'un homme, son passé, et ce qui se tapit dans la propriété familiale.

Il y a le secret, le mystère, l'abîme, la révélation et ses terreurs.

Trois lieux. Trois époques. Trois récits.

Pour autant de traitements graphiques, Nicolas Fructus (auteur, illustrateur), Thomas Day (auteur) et Franck Achard (graphiste) conjuguent leur talent dans un livre d'art hommage à Howard Phillips Lovecraft, un objet d'une facture hors-norme à la démesure du projet : embrasser l'indicible.

Sommaire

  • Gotland (texte et illustrations de Nicolas Fructus)
  • Forbach (texte de Thomas Day, illustrations de Nicolas Fructus)
  • Mémoire des mondes troubles (texte et illustrations de Nicolas Fructus)

L'actu du livre

Bonus

 

Revue de presse

« Se mesurer à l’œuvre de Lovecraft est pour le moins compliqué, voire casse-gueule, pourtant Gotland échappe à l’écueil. Sous une magnifique livrée, avec force illustrations couleurs ou non, parfois même sur des pages dépliables, Nicolas Fructus met son talent au service de ce projet d’importance et qui assoie la collection sur des bases solides. Bien sûr, Thomas Day apporte sa pierre aux fondations, ainsi que Franck Achard pour sa mise en scène graphique.
En ces temps de fêtes, voilà une belle idée de cadeau. » La Yozone

« Je ne suis guère collectionneur, a fortiori de beaux livres, mais Gotland figure une appréciable exception, dont je ne doute pas que j’en tournerai régulièrement les pages, à l'instar de mon Kadath, pour m’imprégner de ces lovecrafteries graphiques – celles que l’on dit souvent, et souvent à bon droit, particulièrement périlleuses, mais pour le coup des plus convaincantes. » Nébal