Les critiques de Bifrost

Rêve de fer

Rêve de fer

Norman SPINRAD
FOLIO
386pp - 8,90 €

Bifrost n° 43

Critique parue en juillet 2006 dans Bifrost n° 43

Si Rêve de fer n'est sans doute pas le meilleur roman de Norman Spinrad, c'est sans conteste l'un des plus controversés, controverse dont l'actualité vient de nous confirmer amèrement la véracité.

Rêve de fer vaut davantage pour son procédé provocateur que pour son histoire — on me permettra de ne pas trop la développer ici — fort linéaire et totalement crétine. C'est en l'occurrence cette provocation, ciblée sur un aspect politiquement sensible, qui a causé quelque retard à la précédente réédition chez Folio « SF ». Vous ne verrez donc pas les svastikas de l'illustration d'Eric Scala initialement prévue en couverture, puisque les ouvrages ont été envoyés au pilon. La faute à un climat politique délétère dans lequel résoudre un problème consiste à l'éluder. La faute aussi à des commerciaux trop frileux qui n'ont sans doute pas lu/compris (cochez la bonne réponse) ce roman. Bref, c'est une réédition pourvue d'une nouvelle illustration d'une laideur affligeante et avec une quatrième de couverture complètement retouchée, histoire de gommer toute ambiguïté, qui vient de finalement arriver dans les bacs de nos libraires chéris.

Revenons maintenant à l'objet de toutes ces attentions, procès d'intention et frayeurs proto commerciales.

Rêve de fer s'annonce comme une uchronie. Et si… Tout le monde connaît le questionnement initial qui préside à ce domaine de l'imaginaire. Et si Adolf Hitler avait émigré aux Etats-Unis, l'ultime terre de liberté dans un monde dominé par le Communisme. Et s’il y avait fait carrière dans les pulps, débutant dans l'illustration puis rédigeant et éditant du texte au kilomètre. Et si il y était devenu l'objet de l'adulation du fandom au point d'être commémoré par ses fan(atique)s au cours de réunions costumées. Et si ses pairs avaient salué son talent, et si la convention mondiale de science-fiction l'avait récompensé à titre posthume d'un Hugo en 1954. Et si Folio « SF » nous proposait la réédition de Le Seigneur du Svastika, son chef-d'œuvre d'heroic fantasy post-apocalyptique.

Rêve de fer… pardon, Le Seigneur du Svastika est donc l'œuvre majeure de l'auteur culte Adolf Hitler. Mais oui, vous connaissez certainement, l'auteur de Le Triomphe de la volonté, du non moins célèbre L'Empire de mille ans, pour ne citer que quelques titres de sa prolifique bibliographie dont vous possédez certainement un exemplaire chez vous. Ce roman nous narre le destin du Purhomme Feric Jaggar, appelé à restaurer la fierté et la grandeur du peuple de la Grand République de Helden, menacé à la fois par la contagion cosmopolite des mutants et des métis et asservi par les Dominateurs.

La farce est grinçante. Bien sûr, sous ce récit transparaît l'itinéraire historique réel d'Adolf Hitler. Sous le masque de l'heroic fantasy binaire et musclée suinte l'idéologie raciste et belliciste nazie. Evidemment, rien n'est exactement identique à notre Histoire, mais tout est évoqué d'une manière décalée et assez proche pour être reconnaissable. On peut d'ailleurs — manière de trouver le temps moins long — s'amuser à pointer les références et les ressemblances avec la véritable histoire du dictateur nazi et de sa sinistre clique.

Fort heureusement, derrière le livre dans le livre et l'uchronie prétexte se profile une toute autre intention que l'on ne peut passer sous silence : Rêve de fer est un roman gigogne diablement affûté et furieusement iconoclaste.

Ecrit à dessein dans un style exécrable, Le Seigneur du Svastika est doté d'une postface assez critique attribuée à un universitaire nommé Homer Whipple. Ce personnage fictif y livre une analyse acerbe de la psychologie tordue de Hitler. Il y relève l'homosexualité latente qui culmine avec le clonage des Soldats du Svastika et ridiculise l'adoration dont fait l'objet l'auteur et son œuvre. Vous l'aurez compris, Rêve de fer est aussi une machine de guerre tournée vers une certaine conception de la science-fiction. De celle que l'on affectionnait pendant l'Âge d'or.

Reste un problème. Mettre en exergue Adolf Hitler et son idéologie, même de manière voilée, ne risque-t-il pas de prêter le flanc à ce que l'on dénonce ? Je suis tenté de penser, à l'instar de Roland C. Wagner, qui préface d'une manière fort juste cette réédition, qu'il faut être soit complètement crétin, soit totalement néo-nazi pour prendre au premier degré ce roman. On pourrait même ajouter que le style adopté, volontairement mauvais et outrancier, contribue à discréditer son auteur auprès d'éventuels individus décérébrés désireux d'utiliser l'ouvrage. D'ailleurs, jusqu'à preuve du contraire, les organisations d'extrême droite n'ont pas inscrit Le Seigneur du Svastika à leur programme de lecture.

En l'attente d'un démenti, contentons-nous d'affirmer que Rêve de fer n'est pas un roman. C'est un bras d'honneur envoyé à la face de l'Establishment science-fictif états-unien. C'est une ordalie punk (avant la lettre) menée à un train d'enfer. C'est un exorcisme personnel, comme le souligne là aussi Roland C. Wagner. Bref, une expérience que le lecteur reçoit de plein fouet et accepte ou rejette avec violence.

Laurent LELEU

Ça vient de paraître

Les Meurtres de Molly Southbourne

Le prochain Bifrost

Bifrost n° 94
PayPlug