Les critiques de Bifrost

Les Lions d'Al-Rassan

Les Lions d'Al-Rassan

Guy Gavriel KAY
J'AI LU
736pp - 10,00 €

Bifrost n° 13

Critique parue en avril 1999 dans Bifrost n° 13

L'Espéragne est un pays déchiré. Au nord, ce sont les royaumes jaddites de Ruènde, du Vallédo et de Jalogne qui forment l'Ancienne Espéragne, trois parcelles que se disputent les ayant-droits de Sancho le Gros. Au sud c'est l'Al-Rassan des asharites, un empire désormais éclaté en cités-états plus ou moins rivales. Et puis il y a les kindaths, peuple sans nation, déraciné, dont tout le monde, jaddites comme asharites, se méfie.

C'est le temps des troubles. L'Ancienne Espéragne tend à se réunifier au nom de Jad, le dieu-soleil, sous l'impulsion de Ramiro roi de Vallédo qui, poussé par les prêtres, entend bien conquérir l'Al-Rassan et ainsi régner sur la Grande Espéragne. Mais dans la puissante cité-état de Caltada, Almalik, « le Lion », rêve pour sa part de redonner sa grandeur perdue à l'Al-Rassan. Il y a enfin les rumeurs de croisade, de guerre sainte qui enflent dans les royaumes de l'est, dans la puissante Ferrière aux mains des serviteurs de Jad. Dans ce climat d'orage où chacun sent approcher des bouleversements fondamentaux et définitifs, le destin va réunir personnages que tout oppose. Ammar ibn Khairan d'Aljais, principal conseiller du roi Almalik de Canada, poète fameux, érudit et guerrier ; Jehane bet Ishak, kindath fille de médecin et extraordinaire médecin elle-même ; Rodrigo Belmonte enfin, ancien connétable du Vallédo et guerrier dont les prouesses transcendent les frontières. Entre les raisons du cœur et celles de l'État, ils devront tôt ou tard choisir...

Au fil de ses romans, le canadien Gavriel Kay s'éloigne de plus en des schémas d'une fantasy traditionnelle. De sorte que, après avoir débuté avec La Tapisserie de Fionavar (J'ai Lu), qui mettait en scène une fantasy qu'on qualifiera de tolkienienne, on remarque dans ses romans plus récents une démarche qui tend à se systématiser : le décalage historique. Comme si, en définitive, les centres d'intérêt de l'auteur passaient doucement de la mythologie à l'histoire Ainsi donc, après s'être attaqué à l'Italie de la Renaissance (l'époustouflant Tigane, L'Atalante — 1998) puis à la Provence médiévale (La Chanson d'Arbonne, L'Atalante — 1997), c'est désormais dans l'univers de l'Espagne moyenâgeuse, déchirée entre Maures et chrétiens, à l'époque de la première croisade, que Kay nous propulse. Et avec quel brio ! Ici, point de magie (ou si peu, çà et là quelques pouvoirs de prescience, ou bien encore une médecine pour l'époque remarquablement efficace, mais rien de plus), point de créatures fantastiques. Ni non plus de manichéisme basique, d'ailleurs. Mais de véritables personnages, ça oui, des enjeux politiques énormes, des nations déchirées, des scènes de batailles à couper le souffle. On vibre, on s'enthousiasme, on pleure (vraiment !), et c'est là qu'incontestablement réside la véritable magie. En près de cent pages, Guy Gavriel Kay se paye le luxe de réécrire la légende du Cid : et ça fonctionne ! Force est de saluer l'exploit et d'applaudir des deux mains. Les Lions d'Al-Rassan est un livre magnifique : que dire de plus si ce n'est achetez-le ! ?

Olivier GIRARD

En précommande

Bonheur™

Le dernier Bifrost

Bifrost n° 91
PayPlug