Christopher PRIEST

Christopher Priest est né en 1943 à Cheadle, au Royaume-Uni. Il publie sa première nouvelle en 1965, son premier roman en 1970, puis s'impose à ses pairs et au public avec Le Monde inverti (British Science Fiction Award 1974), devenu depuis un classique du genre, et dont la première phrase reste inoubliable à tous les lecteurs : « J'avais atteint l'âge de 1000 kimomètres ». D'autres récits suivront, néo-classique comme La machine à explorer l'espace, hommage décalé à H.-G. Wells, ou néo-dickien comme Futur intérieur.

C'est en 1981 que la carrière de Priest prend un véritable tournant avec L'Archipel du rêve, un recueil intimiste, littérairement éblouissant et thématiquement puissant, sorte de rêve éveillé autour d'une série d'îles politiquement neutres dans un monde futur déchiré par une guerre permanente entre deux blocs. Deux romans majeurs évoquent aussi cet univers : La fontaine pétrifiante et Les Insulaires (British Science Fiction Award 2011, John W. Campbell Jr Memorial Award 2012), étonnant roman polyphonique, entre guide de voyage (imaginaire), (faux) polar et vrai récit de SF, qui pourra désarçonner l'amateur d'action pure, mais impressionnera tout amateur de littérature imaginative de haut vol. 

La Séparation (British Science Fiction Award 2002, Prix Arthur C. Clarke 2003 et Grand prix de l'Imaginaire 2006), éblouissante uchronie bâtie autour de la tentative, en 1941, du chef nazi Rudolf Hess de proposer une paix séparée au Royaume-Uni, est une autre démonstration du brio et de l'audace de la SF de Priest.

Outre, EXIstenZ, novelisation purement alimentaire (dixit l'auteur) du film éponyme, Christopher Priest a vu Le Prestige (World Fantasy Award 1996) brillamment adapté au cinéma en 2006 par Christopher Nolan.

La publication de quelques dizaines de nouvelles et d'une vingtaine de recueils et de romans – on citera également Le Glamour, Une femme sans histoires, Les Extrêmes (British Science Fiction Award 1998) – ont suffi à Priest pour acquérir l'estime de ses pairs (ses nouvelles lui ont encore acquis un Britsh Science Fiction Award en 1979 et un Grand prix de l'Imaginaire en 2002, sans oublier le prix Utopiales en 2001 pour l'ensemble de son œuvre) et de lecteurs aussi admiratifs que fidèles. 

Présent aux Imaginales pour la seconde année consécutive, Christopher Priest est sans conteste l'un des écrivains les plus brillants de la SF mondiale. Son tout nouveau roman, L'Adjacent, en est une nouvelle et brillante démonstration.

Disponible   À paraître   Bientôt épuisé   Épuisé

L'Été de l'infini

L'Été de l'infini

« À environ un tiers du marais se trouvaient les restes de l’avion allemand accidenté, peint de multiples nuances de brun et de vert, pétrifié dans le temps. Il s’était immobilisé lors du rebond, après un premier impact destructeur, à l’instant où il s’élevait dans la boue gelée parmi des panaches d’écume glacée. »

Héritier littéraire, à l’image de son compatriote J. G. Ballard, de la new wave britannique qui révolutionna les littératures de genre au tournant des années 70, on doit à Christopher Priest de nombreux incontournables — Le Monde inverti, La Fontaine pétrifiante, Le Glamour, ou encore L’Adjacent. Son roman Le Prestige, publié en 1995, lauréat du World Fantasy Award, a été porté à l’écran en 2006 par Christopher Nolan.

L’Été de l’infini réunit les meilleures nouvelles de Christopher Priest publiées sur cinquante années de carrière, soit douze textes, dont quatre inédits. Un long entretien, le témoignage de l’aventure que fut l’adaptation du Prestige au cinéma, ainsi qu’une bibliographie exhaustive, complètent un ensemble indispensable à l’appréhension d’un auteur dont Xavier Mauméjean affirme, dans son introduction au présent ouvrage : « [qu’il] est un écrivain de sciencefiction et se revendique comme tel. Pourtant, avec d’autres auteurs d’égale envergure, tel Philip K. Dick, Thomas M. Disch, J. G. Ballard ou Frederik Pohl, il pousse le genre à son extrême limite, l’oblige à se dépasser en explorant la réalité, à affronter ce qui se tient hors de portée du vrai. La vérité n’est qu’une possibilité du réel, en aucun cas sa mesure... »

11,99 €   Ajouter au panier

L'Été de l'infini

L'Été de l'infini

« À environ un tiers du marais se trouvaient les restes de l’avion allemand accidenté, peint de multiples nuances de brun et de vert, pétrifié dans le temps. Il s’était immobilisé lors du rebond, après un premier impact destructeur, à l’instant où il s’élevait dans la boue gelée parmi des panaches d’écume glacée. »

Héritier littéraire, à l’image de son compatriote J. G. Ballard, de la new wave britannique qui révolutionna les littératures de genre au tournant des années 70, on doit à Christopher Priest de nombreux incontournables — Le Monde inverti, La Fontaine pétrifiante, Le Glamour, ou encore L’Adjacent. Son roman Le Prestige, publié en 1995, lauréat du World Fantasy Award, a été porté à l’écran en 2006 par Christopher Nolan.

L’Été de l’infini réunit les meilleures nouvelles de Christopher Priest publiées sur cinquante années de carrière, soit douze textes, dont quatre inédits. Un long entretien, le témoignage de l’aventure que fut l’adaptation du Prestige au cinéma, ainsi qu’une bibliographie exhaustive, complètent un ensemble indispensable à l’appréhension d’un auteur dont Xavier Mauméjean affirme, dans son introduction au présent ouvrage : « [qu’il] est un écrivain de sciencefiction et se revendique comme tel. Pourtant, avec d’autres auteurs d’égale envergure, tel Philip K. Dick, Thomas M. Disch, J. G. Ballard ou Frederik Pohl, il pousse le genre à son extrême limite, l’oblige à se dépasser en explorant la réalité, à affronter ce qui se tient hors de portée du vrai. La vérité n’est qu’une possibilité du réel, en aucun cas sa mesure... »

25,00 €   Ajouter au panier

La Tête et la Main

La Tête et la Main

« Vu les limitations du corps humain, son départ de la scène était inévitable. »

Suite à un pari, Todd Alborne est devenu un artiste. Un artiste d'un genre tout particulier, qui paye de sa personne lors de ses représentations scéniques. Justement, la dernière représentation d'Alborne se précise. Celle qui lui réclamera le plus grand sacrifice…

Avec « La Tête et la Main », Christopher Priest signe l'une de ses nouvelles les plus glaçantes.

Épuisé  

Bifrost n° 53

Bifrost n° 53

Le 27 novembre 2000, un pli m'est parvenu. Rien que de très habituel chez moi : depuis que j'ai entamé une carrière d'écrivain à plein temps, je reçois beaucoup plus de courrier. Une bande arrachée sur le rabat de l'enveloppe permettait d'en vérifier le contenu. Ce qui n'a rien d'inhabituel non plus. A cause, sans doute, de mes activités politiques — membre à géométrie variable d'un groupe d'extrême-gauche, je me suis présenté aux élections au nom de la Socialist Alliance — , il est fréquent que l'on espionne ma correspondance, ce qui ne lasse d'ailleurs pas de m'indigner. Si je précise ce détail, c'est pour expliquer pourquoi j'ai ouvert une lettre qui ne m'était pas destinée. Je m'appelle China Miéville et j'habite sur ...ley Road. Le paquet était adressé à un certain Charles Melville, au même numéro, mais sur ...ford Road. Aucun code postal n'étant mentionné, le colis a fini par échouer à mon domicile. Devant ce gros emballage à demi déchiré par quelque barbouze, j'ai tout bêtement supposé qu'il m'était adressé et je l'ai ouvert...

 

China Miéville

Compte-rendu de certains événements survenus à Londres (prix Locus 2003)

11,00 €   Ajouter au panier

Bifrost n° 41

Bifrost n° 41

Pendant que je faisais disparaître avec application le contenu de mon assiette, le pouvoir maléfique s'enflait en moi. Je m'efforçais de me distraire grâce à des procédés mnémoniques enfantins — berceuses, chansons apprises à l'école — en une vaine tentative pour retarder la confrontation imminente. Comme si j'avais pu échapper à la conscience de ce que je glissais dans ma bouche et à la malignité croissante qui prenait forme lors de mes repas. Les démons du monde inférieur se réveillaient, prêts au combat, je le sentais aussi infailliblement que je savourais le croquant caoutchouteux des boulettes et les immondes saveurs de mort dégagées avec leurs sucs.

 

Pourtant, je tirais un certain réconfort de ce déjeuner grotesque, par la conscience transcendante que mes actes inversaient le cours du temps, éloignaient le mal et tenaient en respect les habitants de la fosse. A l'échelle colossale de l'immense univers de mort, le répit était d'une brièveté saisissante, mais il suffisait, il suffisait, je ne pouvais faire davantage.

 

Seul, haruspex opposé au mal.

 

Christopher Priest

Haruspex

10,00 €   Ajouter au panier

Bifrost n° 39

Bifrost n° 39

On était au tout début du mois d'Aron, deuxième mois des automnes. J'avais demandé une translation au choix, depuis très, très longtemps. Mon choix, c'était Mars, bien sûr. J'avais tous les quotas et je ne comprenais pas pourquoi mon tour n'arrivait jamais. Après tout, les bleus me jugeaient peut-être indispensable ici, à Aurora, petite ville du monde prime. J'attendais d'être appelée. Je me rendais presque tous les jours à l'un des dix centres milliens d'Aurora pour assister au ravissement des transités vers l'un des trois mondes ultimes, la Lune, Mars ou Vénus. Le quatrième, Mercure, serait ouvert bientôt, sans doute à la fin des automnes ou au commencement des hivers...

Michel Jeury, La Source rouge

10,00 €   Ajouter au panier

Bifrost n° 19

Bifrost n° 19

« Thomas se réveille dans l'antre de Maneki Neko. Il est couché sur le lit moisi de cette garce blottie contre lui, tout contre.

Il essaye de se lever.

Aouch !

Il a mal à l'arcade sourcilière — il touche : c'est recousu sur au moins deux centimètres. Il a mal aux dents — il plonge ses doigts dans sa bouche : extrait un bout de molaire de sa mâchoire maltraitée.

Il a mal au flanc droit — il caresse la plaie : compte au moins treize points. Il reconnaît sa façon particulière de faire des points.

Maneki Neko — nue, le sexe rasé avec soin au point de ressembler à celui d'un bébé — lui murmure à l'oreille :

« Tout à l'heure, à l'Arène, tu as été incroyable, tu as tué ton adversaire, cet acteur que tu détestais tant, avec... une rage magnifique.

— Tué ? Un acteur ? Quel acteur... »

Elle pose ses doigts sur son flanc meurtri pianotant doucement sur les points douloureux.

« J'adore les cicatrices, les points de suture, la chair bombée par l'infection, les tatouages aussi, mais dans le cas qui nous concerne ce n'est pas le plus important.

— C'est quoi le plus important ?

— Ce que j'ai mis à l'intérieur de ton corps. »

Elle prend le bol et lui montre.

Du riz ?

II regarde avec plus d'attention et s'aperçoit que ce qu'il a pris pour du riz bouge, grouille. »

Bienvenue sur le Dirty Boulevard de Thomas Day et en route pour la joie !

6,86 €   Ajouter au panier

Ça vient de paraître

Acadie

Le dernier Bifrost

Bifrost n° 95
PayPlug