Les critiques de Bifrost

Olangar - Bans et barricades 1/2

Olangar - Bans et barricades 1/2

Clément BOUHELIER
CRITIC
400pp - 22,00 €

Bifrost n° 93

Critique parue en janvier 2019 dans Bifrost n° 93

Avec le diptyque Olangar, Clément Bouhélier, jusqu’ici auteur de thrillers (chez le même éditeur), se lance dans une fantasy qui délaisse le cadre médiéval classique propre au genre au profit d’un contexte inspiré par la fin du XIXe siècle, quelque part entre Victor Hugo, Émile Zola et le Western, où les trains, les dirigeables, les six-coups et les usines sidérurgiques côtoient des elfes et des nains défiant tous les stéréotypes, les premiers étant hyper-conservateurs et homophobes, les seconds évoluant à la pointe du combat… social (un élément central du livre). Si ce genre de fantasy post-médiévale s’avère encore rare en France, elle est néanmoins en progression constante chez les anglo-saxons depuis quelques années : Olangar se situe quelque part entre les univers de Brian McClellan et de Max Gladstone, avec une ambiance Far West occasionnelle qui rappelle Joe Abercrombie. Ce contexte très travaillé et inhabituel est le gros point fort du diptyque, notamment via la description des deux villes (Olangar et Frontenac), qui ne manquent pas de « personnalité ».

L’intrigue entrelace deux lignes narratives : l’une, classique, déroule les investigations menées par une jeune noble sur la mort suspecte de son soldat de frère, avec l’as-sistance d’un elfe taciturne banni par les siens et en quête d’un sens à donner à sa vie. L’autre, moins attendue, suit le combat d’un nain, figure emblématique de l’action syndicale dans la capitale, Olangar, alors que la lutte des classes se transforme en lutte armée, sur fond d’élection opposant les candidats des deux partis, qui, depuis un siècle et la fin de la Révolution, s’échangent le pouvoir à tour de rôle – avec un jeune politicien aux dents longues (clairement inspiré par Emmanuel Macron) dans le rôle du candidat antisystème. Ces deux intrigues sont liées, même si une bonne partie du tome 2 se concentre plutôt sur la première. Les personnages sont bien campés sans être inoubliables, et l’enquête (où l’auteur se retrouve en terrain de connaissance) ne manque pas d’intérêt, quand bien même l’aspect « vengeance » nous ramène vers une fantasy plus balisée. Reste le style, fluide et plaisant, en dépit d’un récit qui aurait aisément pu être raccourci sans nuire à son intérêt : une écriture « À la Peter F. Hamilton », dira-t-on, où l’auteur a tendance à décrire des scènes non pas sans valeur, mais somme toute accessoires et dispensables.

Sur un pur aspect romanesque, ce diptyque est incontestablement de qualité, et a l’avan-tage de présenter au public français une fantasy post-médié-vale inhabituelle et rafraîchissante. Le souci potentiel est ailleurs… La quatrième de couverture évoque un roman en-
gagé abordant avec finesse des thématiques actuelles, ce qui n’est pas tout à fait exact. « Engagé » est un faible mot (même « militant » serait en dessous de la réalité), et cette allégorie de la France actuelle ou passée (les équivalents de Le Pen et Macron sont clairement identifiables), opposant les pauvres ouvriers aux salauds de patrons, de militaires et de politiciens, manque cruellement de subtilité. Aussi se peut-il qu’un lecteur qui cherche, via la fantasy, à s’évader du monde réel, ou qui ne partage pas les convictions de l’auteur, ne soit pas forcément le public cible du diptyque. Or il serait dommage de s’en priver. Après tout, une (politique-)fantasy aussi originale ne se rencontre pas tous les jours.

APOPHIS

Ça vient de paraître

Les Sept Pierres de l'espace

Le dernier Bifrost

Bifrost n° 98
PayPlug