Revue de presse

Les dernières critiques parus pour des livres publiés par Le Bélial'.

Pour signaler la parution d'une critique ou pour vos demandes de service de presse, vous pouvez nous contacter.

24 vues du Mont Fuji par Hokusai

24 vues du Mont Fuji par Hokusai de Roger ZELAZNY

« 24 vues du mont Fuji par Hokusai peut se prêter à maintes relectures, tant il est empli de références, de réflexions et de mystères. En un premier jet, je ne suis pas certain d’avoir tout saisi, malgré son format court c’est un récit dense et riche, plein de subtilités. Semblable à la contemplation d’une estampe où le premier coup d’œil ne serait suffire à en déceler tous les détails. À lire et à relire, donc. » Lecture42

Le Sultan des nuages

Le Sultan des nuages de Geoffrey A. LANDIS

« Le Sultan des nuages s’avère aussi distrayant qu’intelligent. La science s’efface derrière les manigances humaines, œuvrant aussi bien à l’échelle de l’individu qu’à celle d’une planète. Geoffrey A. Landis cache très bien les enjeux cachés, menant parfaitement le récit, savant mélange d’explications scientifiques, d’action et de sentiments.
Un nouveau Une Heure-Lumière à conseiller ! Une collection qui ne cesse de s’étoffer par des novellas de qualité. » La Yozone

À la rescousse

À la rescousse de Edmond HAMILTON

« Atmosphère kitsch, rythme survolé, cliffhangers à foison, la série Capitaine Futur incarne la quintessence du pulp et du space opera, un peu à l’image de Ceux de la Légion de Jack Williamson ou de « Doc » E.E. Smith. On y retrouve la fraîcheur de ces récits naïfs, perclus de poncifs empruntés à d’autres genres littéraires, n’ayant d’autre ambition que de divertir le lectorat en flattant son goût pour une aventure, ici un tantinet surannée. » Yossarian

24 vues du Mont Fuji par Hokusai

24 vues du Mont Fuji par Hokusai de Roger ZELAZNY

« La lecture de 24 vues du mont Fuji, par Hokusai s’avère aussi bien reposante que stimulante. Roger Zelazny met en scène une déambulation à travers une série d’estampes ici bien vivantes. Les grandes œuvres ne meurent jamais ; ce qu’elles dégagent ne s’oublie pas ; au fond de nous, il reste toujours quelque chose de l’émotion éveillée à leur contemplation. L’auteur partage très bien ce ressenti dans son histoire dont les clés ne se dévoilent que petit à petit, au fil des vues du mont Fuji. Une belle poésie se dégage de ce court roman qui donne clairement envie d’aller plus loin, en découvrant ces fameuses estampes évoquées. Et puis, voilà tout à fait le genre de livres à lire et relire pour retrouver une certaine sérénité. » La Yozone

Club Uranium

Club Uranium de Stéphane PRZYBYLSKI

Club Uranium est donc un troisième tome très maîtrisé, nous n’en attendions pas moins c’est certain, mais il faut quand même saluer que le pari de Stéphane Przybylski et du Bélial’, lancés sur un timing serré annoncé à grand renfort de communication, est en passe d’être parfaitement réussi. Rendez-vous donc en octobre 2017 pour l’ultime tome et l’apothéose que nous espérons, façon « champignon nucléaire » avec option Roswell… Le Bibliocosme

Le Temps de Palanquine

Le Temps de Palanquine de Thierry DI ROLLO

« Mêlant atmosphère lugubre, fin du monde imminente, régression technologique et voyages dans le temps, Le temps de Palanquine est un roman réussi et résolument optimiste (et ce, sans sombrer dans la naïveté) porté par un couple charismatique qui reste éperdument convaincu qu’il peut changer les choses, envers et contre tout. » Les Lectures de Xapur

Le Regard

Le Regard de Ken LIU

«  Le Regard est un joli texte qui mérite d’être lu pour le traitement de son sujet comme pour l’histoire à la fois prenante et touchante. Une belle lecture donc, qui donne envie de lire toujours plus de textes de Ken Liu ! » Nevertwhere

Le Regard

Le Regard de Ken LIU

« Une simplicité travaillé pour délivrer un message fort et sensible sur notre monde futur et la tendance humaine à la surenchère, tout en jouant sur les contradictions. Un regard sévère sur le monde de demain… » Albédo – Univers imaginaires

Miro Hetzel

Miro Hetzel de Jack VANCE

» C’est bien rythmé, bien construit. Le personnage de Miro Hetzel est effectivement un lointain clone de ces personnages de privé que le roman noir affectionne. Cela donne des passages savoureux. Au final, ce Miro Hetzel est une preuve de plus du talent du génial Jack Vance, auteur qu’il ne faut surtout pas laisser tomber dans l’oubli. « Le Salon littéraire

L'Empereur de l'espace

L'Empereur de l'espace de Edmond HAMILTON

« Si toute préoccupation stylistique est absente de ces pages, on retrouve vite son âme de gosse devant ces intrigues de western transposées à l'échelle de l'espace et menées à toute allure. Coups fourrés, bagarres, astuces et victoire finale écrite d'avance : Capitaine futur, c'est Robin des bois. Mais quand Sherwood a les dimensions de l'univers, ça prend tout de suite plus d'allure. » Télérama

Poumon vert

Poumon vert de Ian R. MacLEOD

« Nous sommes donc dans une science-fiction humaniste, soucieuse d’autrui. Et qui se lit avec un plaisir de lecture manifeste. Ça coule comme du petit lait… Une science-fiction qui repose et qui donne insidieusement à penser. » Daily Passions

Le Prince-Marchand

Le Prince-Marchand de Poul ANDERSON

« Difficile de ne pas être enthousiaste face à une telle intelligence et tant d’astuces. Le Prince-Marchand est un plaisir de lecture, une gourmandise de l’esprit. Nicholas Van Rijn est à la fois sérieux et comique, un homme riche dans tous les sens du terme.
Poul Anderson, avec la Hanse Galactique, nous offre un space opera original et rafraichissant qui n’a pas pris une ride. En un mot : excellent. » Lecture42

Le Regard

Le Regard de Ken LIU

« Un texte efficace donc, qui pose des questions pertinentes. Et même si Le Regard n’est ni le texte le plus ambitieux (difficile de faire mieux que L’homme qui mit fin à l’histoire…), ni le plus touchant (le splendide « La ménagerie de papier », dans le recueil éponyme) de l’auteur, il montre une nouvelle fois à quel point Ken Liu est un fin observateur de notre société. Bravo ! » Lorhkan et les mauvais genres

Aux comptoirs du cosmos

Aux comptoirs du cosmos de Poul ANDERSON

« Toujours écrites avec beaucoup de drôlerie, beaucoup de rebondissements et un final qui laisse pantois, ces aventures sont de la bonne SF traditionnelle, celle qui vous fait rêver en vous apportant une bouffée d’optimisme. À lire impérativement, de préférence en sirotant l’une de ces boissons affublées d’un petit parasol. » Les coups de cœur de Jean-Luc Rivera

Bifrost n° 87

Bifrost n° 87 de Jean RAY

« Un bon numéro sur un auteur qui m’était jusque-là inconnu et qui n’a fait qu’augmenter la liste des livres qu’il faut que je lise. Il est toujours bon de se plonger dans le passé pour comprendre le présent. Des rubriques toujours aussi intéressantes, mention spéciale à la rubrique science-fiction, un cran au-dessus comparé à celles que j’ai pus lire jusque là […]. Longue vie à Bifrost, au Bélial’, aux indépendants et à l’imaginaire. » Lectures42

L'Empereur de l'espace

L'Empereur de l'espace de Edmond HAMILTON

« Edmond Hamilton a écrit son lot de rebondissement dans cette aventure, et il y en a suffisamment pour ne pas s’ennuyer. Comme l’écrit Pierre-Paul Durastanti en préface, difficile de ne pas succomber aux charmes surannés, naïfs mais sincères de ce Capitaine Futur. » De l'écran à la page

Dragon

Dragon de Thomas DAY

« Je ne peux que vous conseiller ce roman si vous êtes adepte du genre. Thomas Day excelle dans cette forme courte et efficace. La tension est maintenue jusqu’à la fin qui, pour ma part, m’a complètement convaincue. Oserez-vous côtoyer la part la plus noire de la nature humaine ? » Mistinguette

Le Regard

Le Regard de Ken LIU

« Si ce texte de Ken Liu n’est pas aussi percutant que d’autres, il pose cependant des questions actuelles sur notre société. Des questions qui n’émergent que si on prend un peu de distance avec nos habitudes, si on se regarde d’un peu loin pour voir ce que nous sommes devenus… » Mes Imaginaires

Le Regard

Le Regard de Ken LIU

« Avec Ken Liu, rien n’est gratuit, il y a toujours une réflexion sous-jacente pour le lecteur. Ce dernier ne peut poser le bouquin et passer à autre chose, sans penser à certains aspects de ce qu’il vient de lire.
Le regard est court, peut-être trop, mais il se révèle passionnant, efficace dans son déroulement et fait mouche par son propos. L’enquête est rapide, servant surtout de prétexte à mettre l’accent sur les personnages. » La Yozone

Le Regard

Le Regard de Ken LIU

« En bref, Le Regard de Ken Liu est un très très bon thriller aux accents SF, complet mais accessible à tous. Une-Heure Lumière propose vraiment des récits de haut-vol dont le format court cache toujours des romans extrêmement puissants. En plus, la qualité éditoriale est impeccable et le prix tout petit, que demander de mieux ? » Yuyine

Le Temps de Palanquine

Le Temps de Palanquine de Thierry DI ROLLO

« Roman parfaitement équilibré entre ambiance, sentiments et théories, Le Temps de Palanquine séduit véritablement – là où les premières pages ne promettaient qu’un énième roman corde au cou de post-apo – et donne la preuve éclatante que l’amour sera toujours plus fort que tout (musique de James Horner au choix en fond sonore). » Les Inrocks

Le Regard

Le Regard de Ken LIU

« Une novella relativement captivante, dont les défauts sont aussi les qualités et inversement, la faute à un format qui déploie d’excitantes idées tout en bridant les développements narratifs. Le regard est désormais tourné vers les deux alléchantes prochaines sorties de la rentrée. » Les Inrocks

Le Temps de Palanquine

Le Temps de Palanquine de Thierry DI ROLLO

« Le Temps de Palanquine est un récit fort, aussi sombre que poétique. Dans lequel la psychologie des personnages a une place prépondérante et un traitement des ressorts de la science-fiction classique sous un prisme original, atypique. » Lectures 42

Poumon vert

Poumon vert de Ian R. MacLEOD

« Avec Poumon vert, novella publiée au Bélial', [Ian R. MacLeod] nous entraîne, à la suite de la jeune Jalila et de ses trois mères, sur la planète Habara, au continent unique, dans le port d'Al Janb, où elle découvre une créature exotique : le mâle. Début de découvertes à la fois érotiques, poétiques et mystiques, narrées dans une style somptueux où passent les influences de Jack Vance, Ursula Le Guin et des Mille et une Nuits. » Les Émois de François Angelier

L'Alchimie de la Pierre

L'Alchimie de la Pierre de Ekaterina SEDIA

« L’alchimie de la pierre est donc un roman de bonne facture qui séduit à la fois par la singularité de son héroïne et par son décor mêlant habilement esthétique steampunk et éléments relevant de la fantasy. De même on peut saluer l’originalité des thématiques abordées, quand bien même toutes ne sont pas traitées avec la même profondeur. » Le Bibliocosme

Poumon vert

Poumon vert de Ian R. MacLEOD

« Poumon vert est l’œuvre de Ian R. MacLeod, un grand de la science-fiction mondiale, injustement méconnu par chez nous. Chaque traduction en français s’apparente à une friandise que le connaisseur savoure, en espérant connaître à nouveau ce plaisir.
Un excellent choix pour la collection Une Heure-Lumière qui marque vraiment son territoire par son exigence. Et pour moi, Poumon vert y occupe le sommet. » La Yozone

Poumon vert

Poumon vert de Ian R. MacLEOD

« C’est le récit d’une adolescence en construction, de ses rites de passage, de ses sacrifices, elle qui cherche à trouver sa place dans un monde qu’elle découvre finalement sans doute trop vite. Pas de grande révélation, pas de coup d’éclat, mais une solide et touchante histoire humaine (à la fin très réussie), de l’évasion comme seul ce genre de littérature peut en offrir. » Les Inrocks

Afterparty

Afterparty de Daryl GREGORY

« Bref, bien loin de la simple formule marxiste “l’opium du peuple”, Afterparty multiplie à la cadence d’un fusil-mitrailleur les pistes de réflexion, les hypothèses stimulantes et les saillies iconoclastes. C’est sans doute son plus grand intérêt. » Yossarian - sous les galets la page…

L'Alchimie de la Pierre

L'Alchimie de la Pierre de Ekaterina SEDIA

« Je vous invite à découvrir ce roman d’une grande poésie en lisant de toute urgence ce gros coup de cœur qui va se conclure dans un final apocalyptique par l’émergence d’un projet fou conçu par les mécaniciens projetant de conquérir la ville, mais aussi d’une grande beauté avec le destin de cette femme mécanique qui, tout au long de ce magnifique et trop court roman, ne cesse de nous fasciner et de nous émouvoir. » Le Chasseur de chimères

Poumon vert

Poumon vert de Ian R. MacLEOD

« Excellente novella bourrée d'idées dépaysantes et originales, Poumon Vert n'oublie pas la poésie et l'humanité qui différencient la bonne science-fiction de l'excellente.
Un retour en grande forme de Ian R. MacLeod ! » Just A Word

L'Empereur de l'espace

L'Empereur de l'espace de Edmond HAMILTON

« En moins de deux cent pages Hamilton livre un roman picaresque, plein de rebondissements, abordant le thème de l’évolution (nos ancêtres sont des simiens, voire des reptiles ?) et celui de la… colonisation : on apprendra au final que les "indigènes" sont des héritiers d’une civilisation plus ancienne et bien plus avancée que celle des humains. Les personnages sont certes un peu schématiques, la place des femmes assez datée… Reste que le lecteur y croit. » Le Salon littéraire

L'Empereur de l'espace

L'Empereur de l'espace de Edmond HAMILTON

« Oui tout, vous aurez droit à tout dans ce space-opera échevelé, baroque et amusant comme tout,car on y retrouve cette bonne vieille SF comme on se l’imaginait en étant gosse et je dois avouer, le temps de cette agréable lecture, avoir retrouvé mon âme d’enfant, des étoiles plein les yeux, à bord du Comète, bras droit le temps d’une aventure, du Capitaine Futur le héros de la galaxie. » Le Chasseur de chimères

Gotland

Gotland de Nicolas FRUCTUS

« En conclusion, Gotland est un très bel ouvrage, qui ravira tout fan de Lovecraft qui se respecte. Il convaincra même ceux qui sont d’habitude hermétiques aux « beaux livres » : j’en fais partie, et il m’arrive d’ouvrir de nouveau le livre quelques minutes, juste pour le plaisir de se plonger dans telle ou telle illustration et d’y découvrir un nouveau détail inconnu jusqu’alors. Il peut aussi servir de source d’inspiration pour les Gardiens des Arcanes désireux d’étayer leurs scénarios de sublimes illustrations. C’est une réussite, et il ne reste plus à espérer que le reste de la collection Wotan soit du même calibre. » Elbakin.net

L'Alchimie de la Pierre

L'Alchimie de la Pierre de Ekaterina SEDIA

« Le rêve mécanique imaginé par Ekaterina Sedia offre de belles pistes de réflexions sur ce qui fait l’humain. Son style très poétique exprime la douceur de Mattie qui ne manque cependant pas de détermination, et dépeint la ville entre onirisme et cauchemar. Il y avait matière à roman beaucoup plus développé tant d’un point de vue social que politique, mais l’auteur s’en tient à son personnage principal, une femme de fer dont les rouages psychologiques séduisent par leur sensible humanité. L’esthétique, à l’évidence steampunk, transcende donc le genre du même nom pour amorcer une réflexion sur la puissance créatrice, la domination (du créateur sur la créature, de l’homme sur la femme) et la féminité. » Mes Imaginaires

Dragon

Dragon de Thomas DAY

« Entre poésie et froide cruauté, ce livre dresse un portrait connu mais insuffisamment combattu d’un tourisme devenu de masse et où les victimes, droguées ou alcoolisées, ne sont pas en mesure d’être consentantes. C’est étouffant. Et tout ce que l’on souhaite, finalement, c’est sortir des rues moites et suintantes de cette amorale cité. Avec Dragon. » Une certaine culture

L'Empereur de l'espace

L'Empereur de l'espace de Edmond HAMILTON

« Si Les vandales du vide de Jack Vance, le premier volume de la collection Pulps, accuse clairement son âge alors qu’il est plus récent (1950), la série du « Capitaine Futur » se révèle d’un tout autre calibre. C’est du space op’ qui fait oublier ses défauts inhérents à l’ancienneté, par une aventure de tous les instants avec un grand A. La galerie de personnages marque les esprits et ensemble ils sont capables de surmonter toutes les épreuves. En leur compagnie, les lecteurs peuvent se promener sur les surfaces les plus inhospitalières en toute insouciance et sans tiquer. La magie Edmond Hamilton fonctionne à plein. » La Yozone

L'Empereur de l'espace

L'Empereur de l'espace de Edmond HAMILTON

« Au final, si vous vous lancez dans cette lecture sans attentes irréalistes, vous aurez affaire à un roman fort dépaysant, montrant des aventures exaltantes dans un système solaire où tout est possible, marqué par une foi et optimisme réjouissants envers l’être humain, la science, le futur. Voilà une lecture « reposante », agréable, pas prise de tête, qui représente une des plus nobles expressions de la littérature de l’imaginaire populaire. » Le Culte d'Apophis

L'Alchimie de la Pierre

L'Alchimie de la Pierre de Ekaterina SEDIA

« Magnifique entrée en matière pour Ekaterina Sedia en France, L'Alchimie de la Pierre convie le lecteur à une aventure steampunk où rien n'est laissé au hasard. Dans une ambiance claire-obscure où les rouages crissent, les hommes s'affrontent pour la liberté et l'égalité sous le regard de Mattie, figure féministe et sociale à la fois. D'une densité surprenante sous ses oripeaux de divertissement, L'Alchimie de la Pierre ravira les plus exigeants des amateurs de littérature de genre. » Just A Word

L'Alchimie de la Pierre

L'Alchimie de la Pierre de Ekaterina SEDIA

 L’alchimie de la pierre représente une très belle surprise. Le mélange Steampunk / Fantasy porté par de très beaux personnages emporte l’adhésion. Voilà un roman d’un peu plus de 250 pages qui emmène les lecteurs très loin dans un imaginaire de qualité et fort en images. La cité regorge de beaucoup d’histoires, de celles dont il vaut parfois mieux ignorer l’existence, mais qui font le régal des lecteurs.
À découvrir pour être conquis ! » La Yozone

Cérès et Vesta

Cérès et Vesta de Greg EGAN

« Au final, avec ce septième volume, la collection « Une Heure-Lumière » confirme tout le bien que je pensais d’elle. Cérès et Vesta se révèle un récit intelligent dont le positionnement moral n’écarte pas l’émotion. Libre à chacun maintenant d’interroger sa conscience, et de boire un coup, parce que c’est dur. » Blog Yossarian

L'Alchimie de la Pierre

L'Alchimie de la Pierre de Ekaterina SEDIA

« Ne boudons pas notre plaisir : ce roman intelligent et original, teinté d’une gravité inhabituelle dans le steampunk, ravira ses lecteurs et le personnage de Mattie restera longtemps dans leur mémoire, grâce au talent d’Ekaterina Sedia pour peindre un personnage mêlant l’intime à l’extime. » La nooSFère

L'Alchimie de la Pierre

L'Alchimie de la Pierre de Ekaterina SEDIA

« Traduit de main de maître par Pierre-Paul Durastanti, la prose expressive de L’Alchimie de la pierre retranscrit parfaitement les états d’âme de ses personnages ainsi que l’ambiance mystérieuse de cette ville aux mille recoins obscurs. […] Une jolie réussite donc, captivante fable humaniste aux enluminures de rouille et de magie. » Les Inrocks

Cérès et Vesta

Cérès et Vesta de Greg EGAN

« Au travers de ce récit, Egan joue explicitement la carte de la parabole : comment ne pas établir des parallèles avec les crises migratoires actuelles, voire l’histoire des aborigènes de son propre pays l’Australie. Complètement dans l’air – vicié – du temps, Cérès et Vesta s’impose donc comme un texte à portée politique, presque excessif dans l’émotion… » Les Inrocks

Cérès et Vesta

Cérès et Vesta de Greg EGAN

« Septième opus de la collection Une Heure-Lumière du Bélial', Cérès et Vesta est un bon cru de Greg Egan, qui trouve dans l’actualité politique mondiale, autant américaine qu’européenne, de cruelles correspondances. » Le Fictionaute

L'Alchimie de la Pierre

L'Alchimie de la Pierre de Ekaterina SEDIA

« Bref, L’Alchimie de la Pierre n’est pas qu’un délicieux petit bonbon (le roman est court), une jolie carte postale steampunk aux allures de fable, il s’agit bien d’une œuvre plus profonde qu’il n’y paraît et dotée certes d’un bel écrin, ce qui ne gâche rien. Il ne nous reste plus qu’à espérer que le succès soit au rendez-vous afin que l’auteure s’impose par chez nous. » Elbakin

Afterparty

Afterparty de Daryl GREGORY

« Afterparty nous lance dans un futur inquiétant où le libre arbitre est malmené. La technique est devenue toute puissante, franchissant les limites de l’acceptable. Daryl Gregory prend le temps de développer son idée de départ à force péripéties, rebondissements et personnages meurtris par des drogues diverses et variées. Le lecteur est brinquebalé dans tous les sens, se demandant parfois même quelle est la destination, mais au final, il parvient beaucoup plus loin qu’escompté. » La Yozone

L'Épée brisée

L'Épée brisée de Poul ANDERSON

« A bien des égards, L’Epée brisée s’impose comme une œuvre puissante, sans concession, très éloignée des recettes et de la platitude de la big commercial fantasy. Un roman d’un archaïsme qui le rend encore plus précieux. » Yossarian

Le Marteau de Thor

Le Marteau de Thor de Stéphane PRZYBYLSKI

« En somme, Le Marteau de Thor est un deuxième roman foisonnant de bonnes idées, qui ne lésine pas sur l’action et qui développe une sacrée galerie de personnages, ce n’est rien de moins qu’un de coup de cœur supplémentaire pour la narration produite par Stéphane Przybylski, ce qui justifie pleinement d’attaquer dès que possible les tomes 3 et 4 de cette saga. » Le Bibliocosme

Gotland

Gotland de Nicolas FRUCTUS

« Se mesurer à l’œuvre de Lovecraft est pour le moins compliqué, voire casse-gueule, pourtant Gotland échappe à l’écueil. Sous une magnifique livrée, avec force illustrations couleurs ou non, parfois même sur des pages dépliables, Nicolas Fructus met son talent au service de ce projet d’importance et qui assoie la collection sur des bases solides. Bien sûr, Thomas Day apporte sa pierre aux fondations, ainsi que Franck Achard pour sa mise en scène graphique.
En ces temps de fêtes, voilà une belle idée de cadeau. » La Yozone

Gotland

Gotland de Nicolas FRUCTUS

« Je suis heureuse d'avoir participé au crowdfunding de ce titre lovecraftien. Je savais que Nicolas Fructus était un illustrateur talentueux, je ne savais pas qu'il écrivait également des récits de qualité. Alors si vous êtes ou connaissez des adorateurs de Lovecraft et de tentacules, n'hésitez pas à investir dans ce beau livre ! » Un papillon dans la lune

Au-delà du gouffre

Au-delà du gouffre de Peter WATTS

« Tour à tour impénétrable, prodigieux, cérébral, en tout cas jamais véritablement facile, Au-delà du gouffre s’affirme avec génie comme le pinacle de la SF contemporaine d’avant-garde. » Les Inrocks

Au-delà du gouffre

Au-delà du gouffre de Peter WATTS

« Toujours intelligentes, toujours pertinentes, invariablement compréhensibles si on se donne la peine de faire un petit effort, vertigineuses dans leur fond et / ou leur forme (les deux, le plus souvent), ces nouvelles sont un incontournable pour tout amateur de (Hard)SF qui se respecte. Elles sont aussi une très bonne porte d’entrée dans l’univers de Watts (…). » Le culte d'Apophis

Trois coeurs, trois lions

Trois coeurs, trois lions de Poul ANDERSON

« Au terme de cette chronique, il faut reconnaître que ce roman léger, qui n’accuse en rien ses quarante-cinq ans d’âge, est à lire autant par curiosité (il est indéniable qu’on y trouve l’une des inspirations majeures du Michael Moorcock du Champion Éternel) que pour se distraire. Terminons en soulignant le sérieux du travail accompli (traduction révisée et bibliographie en fin d’ouvrage — voici un détail qui compte dans une période de rééditions trop souvent bâclées). » Yossarian

Gotland

Gotland de Nicolas FRUCTUS

« Je ne suis guère collectionneur, a fortiori de beaux livres, mais Gotland figure une appréciable exception, dont je ne doute pas que j’en tournerai régulièrement les pages, à l'instar de mon Kadath, pour m’imprégner de ces lovecrafteries graphiques – celles que l’on dit souvent, et souvent à bon droit, particulièrement périlleuses, mais pour le coup des plus convaincantes. » Nébal

 

L'Homme qui mit fin à l'histoire

L'Homme qui mit fin à l'histoire de Ken LIU

« La science-fiction a encore de beaux jours devant elle avec des romans comme L’homme qui mit fin à l’Histoire qui nous font réfléchir sur notre société actuelle et sur l’avenir avec une écriture moderne, accessible et captivante. » Mistinguette

Un Pont sur la brume

Un Pont sur la brume de Kij JOHNSON

« Ce texte est pour moi un coup de cœur. Nous sommes face à une histoire achevée, qui ne m’a pas laissé un goût de trop peu. Cette novella est certes calme, mais il est aisé de s’imaginer à la place de notre architecte, débarquer dans une ville inconnue pour y rester le temps des travaux comme un étranger, et repartir. Une très belle découverte que je ne peux que recommander. » Les Lectures de Shaya

L'Homme qui mit fin à l'histoire

L'Homme qui mit fin à l'histoire de Ken LIU

« Fiction prétexte à une réflexion sur les atrocités de la guerre et leur impact sur le temps, L’homme qui mit fin à l’histoire est un récit-débat sur le révisionnisme et plus généralement sur l’Histoire et son rôle dans notre société. Écrit objectivement brillant mais pas vraiment top moumoute pour poser une ambiance de fête, il faut savoir où on met les pieds… » L'Ours inculte

L'Épée brisée

L'Épée brisée de Poul ANDERSON

« L'Épée brisée est vraiment un excellent roman de fantasy noire. Une fantasy que j'oserais dire scaldique tant l'on sent les racines de ce roman plonger dans les sagas nordiques. Une fantasy noire qui plaira aux amateurs de Michael Moorcock chez qui je retournerais bien lire des aventures d'Elric. Un récit également différent dans le style de ce que l'on peut lire avec La Patrouille du Temps, mais une œuvre parfaitement maîtrisée et qui valait vraiment la peine d'être traduite pour enfin nous la rendre accessible. » Les Naufragés volontaires

Archeur

Archeur de Thierry DI ROLLO

« […] au-delà de la vision noire d’un futur désenchanté, dépourvu d’humanisme, voire complètement absurde (mais la vie n’est-elle pas absurde par essence ?), l’auteur français s’interroge sur l’incapacité de l’homme à se remettre en question et sur cette faculté désespérante le faisant accepter l’innommable et l’injustice comme des faits naturels et intangibles. » Yossarian

Afterparty

Afterparty de Daryl GREGORY

« Bien qu’un peu long par moments, Afterparty synthétise le meilleur des deux précédents romans traduit de Daryl Gregory. Un rythme soutenu, des freaks en pagaille, un futur inquiétant et une plongée dans le religieux, voilà le programme de ce buvard magique de 390 pages. Prêt pour le plongeon ? » Just A Word

 

Un Pont sur la brume

Un Pont sur la brume de Kij JOHNSON

« Un pont sur la brume se lit d’une traite. Il transporte les lecteurs vers un ailleurs proche et éloigné à la fois. La brume avec ses mystères et ses deux personnages principaux sont rapidement adoptés. L’élément humain se situe au centre des préoccupations de Kij Johnson qui montre que rien n’est figé, car l’homme doit s’adapter au progrès. Il n’a pas le choix, il doit vivre avec, même s’il remet en question son univers.
Un roman envoûtant qui peut, sans problème, plaire au plus grand nombre. » La Yozone

L'Éducation de Stony Mayhall

L'Éducation de Stony Mayhall de Daryl GREGORY

« [Stony] est un personnage fort et intelligent, immédiatement attachant, qui sait se faire apprécier aussi bien de ses contemporains que des lecteurs. Un zombie sympathique, aux antipodes des clichés du genre !
Les pages défilent sans que l'on s'en rende compte, même dans les moments où la vie de Stony est plutôt paisible. Pour ma part, j'ai vraiment apprécié cette lecture : un roman de zombies intelligent et qui donne matière à réflexion, ça fait du bien ! » Les Chroniques de l'imaginaire

Nous allons tous très bien, merci

Nous allons tous très bien, merci de Daryl GREGORY

« Court, nerveux, angoissant et redoutablement efficace, je ne peux que conseiller ce roman d’un auteur qui plus est éminemment sympathique (ce qui ne gâte rien !). On pourra d’ailleurs en apprendre plus sur lui grâce à l’interview en fin de volume, à bien lire après le texte car elle le spoile allègrement ! » Les Lectures de Xapur

Un Pont sur la brume

Un Pont sur la brume de Kij JOHNSON

« Mais voilà, Kij Johnson parvient à envoûter le lecteur malgré lui. L’auteur possède une magie qui lui permet non seulement de charmer notre esprit mais aussi de nous toucher au plus profond de notre âme.
Un moment magique pour une histoire intemporelle. Avec ces deux derniers titres, voilà une collection bien lancée ! » Albédo

Les Vandales du Vide

Les Vandales du Vide de Jack VANCE

« En résumé, un roman qui, s’il n’est pas un grand Jack Vance, plaira certainement aux amateurs de Pulp SF (et en cela, il atteint parfaitement son objectif), des romans de l’âge d’or de la SF et de Space Opera à l’ancienne. » Le blog uchronique de Daidin

Un Pont sur la brume

Un Pont sur la brume de Kij JOHNSON

« Au bout du compte, cette lecture rapide n’en est pas moins enrichissante, une preuve supplémentaire que le format novella recèle bon nombre de pépites offrant toujours plus de perspectives que l’on aimerait voir justement exploitées plus souvent. Espérons donc que la nouvelle collection du Bélial rencontre l’écho nécessaire pour perdurer longtemps, et, qui sait, inspirer d’autres acteurs de l’édition !
En tout cas, avec de telles parutions, il y a de quoi avoir bon espoir. » Elbakin

Afterparty

Afterparty de Daryl GREGORY

« Vous êtes déprimé, fatigué, perdu, cyclothymique, stressé, essoré ? Vous êtes en perte de repère, en pleine crise existentielle, en quête d'identité ? Vous avez peur du chômage, du burkini, du nationalisme, de la mort ? Foncez chez votre dealer le plus proche, payez-vous une Afterparty, et abandonnez-vous à Dieu. Plus tard, si le manque survient, essayez donc l’Éducation de Stony Mayhall ou le Nous allons tous très bien, merci, la firme Gregory veut le bonheur de votre cerveau. Gloria In Excelsis Deo. » Le Fictionaute

Club Uranium

Club Uranium de Stéphane PRZYBYLSKI

« L’Histoire offre ici un magnifique terrain de jeu. La seconde guerre mondiale se révèle fidèle aux grandes lignes, mais les toutes petites, qui mises bout à bout font de grands effets, forgent ici l’intérêt du récit et le font dévier de l’ouvrage historique. Ce thriller jonglant entre Histoire et science-fiction réserve une très belle lecture, aussi instructive que distrayante, deux qualités que Stéphane Przyblylski combine parfaitement. » La Yozone

L'Homme qui mit fin à l'histoire

L'Homme qui mit fin à l'histoire de Ken LIU

« Ken Liu propose un roman puissant qui prend à bras le corps les problèmes soulevés par la novella, sans jamais se dérober. Il offre une lecture qui s’imprime en soi et qui pousse à réfléchir. La marque des grands romans. » SyFantasy

Un Pont sur la brume

Un Pont sur la brume de Kij JOHNSON

« À travers ce récit intimiste au rythme posé, Kij Johnson nous propose une histoire sur la civilisation et le progrès, et sur la place de l’humain au centre de tout ça. Émouvant, construit de petites choses insignifiantes qui font une vie au milieu des grands accomplissements de l’Homme, Un pont sur la brume est une lecture envoutante et subtile. » L'Ours inculte

L'Homme qui mit fin à l'histoire

L'Homme qui mit fin à l'histoire de Ken LIU

« Sur un sujet d’une gravité extrême, Ken Liu évite les nombreux pièges dans lesquels un écrivain moins doué aurait facilement pu tomber pour nous livrer une novella d’une intelligence, d’une justesse, d’une habileté et surtout d’une profondeur (celle des questionnements qu’elle fait naître chez son lecteur) rarissime. (…) On qualifie souvent Ken Liu de prodige, de génie littéraire, et ce texte montre que le qualificatif n’est en rien galvaudé. » Le Culte d'Apophis

Un Pont sur la brume

Un Pont sur la brume de Kij JOHNSON

« Un Pont sur la brume fait la part belle à l'humain. Ce grand texte à la sensibilité poignante nous sert deux personnages magnifiques et se penche sur le progrès technologique autant que sur les hommes et femmes qui le vivent. Une belle aventure dans un monde intriguant et portée par une plume des plus prometteuses. » Just a Word

L'Homme qui mit fin à l'histoire

L'Homme qui mit fin à l'histoire de Ken LIU

« C’est là de la meilleure science-fiction – qui sait manier la science jusqu’à en exprimer une dimension étrangement poétique, et tout autant poser des questions difficiles avec la finesse du plus subtil philosophe, sans verser pour autant dans l’essai (ou a fortiori le pamphlet), mais en prenant toujours bien soin de raconter une histoire – passionnante –, mettant en scène des personnages dont l’humanité n’est pas qu’une caractéristique secondaire, fonction prétexte à un pur exposé intellectuel. C’est bien une excellente novella – un modèle du genre, comme je n’en avais pas lu depuis un bon moment. » Nébal

L'Homme qui mit fin à l'histoire

L'Homme qui mit fin à l'histoire de Ken LIU

« L'homme qui mit fin à l'histoire se révèle exceptionnel. Un texte d'une intelligence et d'une finesse extrêmement rares qui ose dire la vérité nue, celle qui fait mal et qui remet en question. En évitant les réponses trop simplistes et en insérant des remarques de l'homme de la rue, Ken Liu terrifie mais rassure. Il y a encore de l'espoir en ce monde avec des gens de cette stature, des écrivains dont la plume peut faire la différence. » Just A Word

Magie des renards

Magie des renards de Kij JOHNSON

« Au final, il s’agit d’une jolie histoire d’amour (tragique), contée d’une belle plume sur un ton poétique et onirique, puisant son inspiration dans les mythes et le folklore japonais, mais qui réserve également un aspect nettement plus trouble. » Le culte d'Apophis

La Ménagerie de papier

La Ménagerie de papier de Ken LIU

« Entre thèmes propres à la science-fiction anglo-saxonne et cultures asiatiques, quête de transcendance et attention portée à la transmission de la culture sous son aspect le plus matériel, La Ménagerie de papier propose d’éblouissantes fictions sur la perte ou les retrouvailles, le sacrifice et l’importance de l’autre, qu’il soit familier comme le membre de la famille ou différent jusqu’à l’étrangeté complète comme l’extraterrestre. » Samuel Minne

Le Choix

Le Choix de Paul J. MCAULEY

« Avec cette nouvelle sur le passage à l'âge adulte, Paul J. McCauley livre en quelques lignes un univers complet, à la Jack Vance. Tant l'intrigue que le décors sont posés avec une efficacité remarquable. La narration efficace est très immersive et c'est avec regret qu'on arrive au bout, tant on aurait aimé en avoir plus. Excellent et incontournable. » Efelle

Cookie Monster

Cookie Monster de Vernor VINGE

« Difficile d'en dire plus sans dévoiler le coeur de l'intrigue, Vernor Vinge livre avec cette nouvelle un récit efficace, prenant, bien pensé et des plus plaisants. Un excellent moment, un incontournable ! » Efelle

Club Uranium

Club Uranium de Stéphane PRZYBYLSKI

« On est happé par cette lecture, qui ne perd pas son rythme au fur et à mesure de son avancée, et l'on attend un bouquet final à l'avenant. Cette inquiétude suscitée par tous les personnages ou presque, les quelques éléments futurs qui nous sont jetés en guise d'appâts au fil des pages, tout cela renforce les sensations d'inconfort du lecteur qui ne sait plus à qui se vouer, à qui se fier… […] Et ce n'est pas le cliffhanger sur lequel s'achève ce troisième tome qui changera les choses, tant il nous laisse comme deux ronds de flan... Et, aucun doute, avant d'entrer dans la dernière ligne droite, on a la paranoïa qui nous démange, et pas qu'un peu ! » Appuyez sur la touche lecture

Le Prince-Marchand

Le Prince-Marchand de Poul ANDERSON

« Le Prince-marchand tient davantage du planet-opera que du space-opera avec un texte cohérent et élégant qui ne néglige pas la trame et les rebondissements. Poul Anderson met sa plume et sa créativité au service d’une histoire flamboyante dans un cadre propice à l’aventure, avec un personnage atypique, agaçant parfois, captivant certainement.»  Lutin

Le Prince-Marchand

Le Prince-Marchand de Poul ANDERSON

« Il faut reconnaître que l’ensemble se lit aisément, que l’histoire du roman est vraiment prenante et que les nombreuses scènes de bataille sont très bien retranscrites par l’auteur, ce qui traduit d’autant mieux l’horreur des combats. Il s’agit là d’une réédition bienvenue et propice à la réflexion sur notre société actuelle où il est parfois si compliqué de se comprendre. » La Yozone

La Ménagerie de papier

La Ménagerie de papier de Ken LIU

« En bref, une lecture magnifique. Massivement primé (Prix Hugo, Nebula, World  Fantasy et, plus récemment, Grand prix de l’Imaginaire 2016), La ménagerie de papier est un recueil qui se savoure, et se relit. La plume de Ken Liu est magnifique, et les sujets qu’il a choisi d’aborder sont aussi divers que passionnants, tous porteurs d’un questionnement, d’une réflexion qui ne pourra laisser le lecteur insensible. À lire, et vite ! » Les lectures de Bouch'

Bankgreen

Bankgreen de Thierry DI ROLLO

« Bankgreen est donc un roman de fantasy d’une profondeur rarement atteinte. Il est écrit avec beaucoup de poésie, et l’auteur nous livre un roman d’une grande beauté. On pourrait éventuellement reprocher que cette association entre un récit poétique et un univers fascinant mette quelque peu l’intrigue au second plan, mais cela serait vraiment chipoter. » Albédo

Les Vandales du Vide

Les Vandales du Vide de Jack VANCE

« Pour autant, ce roman possède suffisamment de qualités (action, rebondissements, sense of wonder) pour que le lecteur, surtout nostalgique de ce moment-là de l’histoire de la science-fiction, y trouve son compte. Surtout, Les Vandales du vide est plein d’une qualité : l’innocence. Alors ne boudons pas notre plaisir : vive les pulps ! ActuSF

Le Prince-Marchand

Le Prince-Marchand de Poul ANDERSON

« Ce tome 1 est vraiment excellent, avec son truculent et tonitruant personnage principal, son univers moins centré sur la force brute que sur la diplomatie, le commerce, la négociation et la roublardise, ses dialogues savoureux et la magistrale leçon donnée en terme de worldbuilding / Planet Opera dans le roman court Un homme qui compte. » Le Culte d'Apophis

Les Vandales du Vide

Les Vandales du Vide de Jack VANCE

« Une friandise inattendue signée Jack Vance, agréable comme des retrouvailles après une longue séparation, ça ne se refuse pas. Surtout quand le roman en question, loin d’être un mauvais fond de tiroir, nous fait passer un si rafraîchissant moment. Adjugé. » Librairie Critic

Cookie Monster

Cookie Monster de Vernor VINGE

« Cookie Monster mérite les prix qui l’ont honoré tant l’histoire propose des personnages forts capables d’enlever le lecteur à sa suite pour mieux faire passer les concepts qui articulent le récit. En tant que spécialiste de la singularité, Vernor Vinge propose un récit de Hard-SF accessible qui cherche à parler à notre intelligence pour mieux nous conduire dans les méandres de son intrigue, sans nous noyer avec des propos hermétiques. » SyFantasy

Le Nexus du Docteur Erdmann

Le Nexus du Docteur Erdmann de Nancy KRESS

« Nancy Kress réussit en 150 pages à nous poser les bases d’un mystère qui relève de la science-fiction pure (quelque chose essaie-t-il de prendre contact avec les esprits des retraités ?) et à nous interpeller au sujet de la place des personnes âgées dans nos sociétés modernes : du très grand art. » Le Salon littéraire

Cookie Monster

Cookie Monster de Vernor VINGE

« Cookie Monster nous plonge dans une réalité angoissante et implacable, dans laquelle l’humain n’est que bien peu de choses, juste un moyen de parvenir à ses fins. Ce court roman démontre que Vernor Vinge n’a pas besoin de plus de 500 pages pour ravir les lecteurs. Une centaine lui suffisent pour livrer une histoire formidable, intelligente et riche en révélations propres à nous faire frissonner.
Pour moi, après lecture des trois premières livraisons, le meilleur titre de cette excellente collection ! » La Yozone

Le Marteau de Thor

Le Marteau de Thor de Stéphane PRZYBYLSKI

« Si on peut être parfois un peu submergé de détails et de personnages (…), ce deuxième volume emporte le lecteur d’Allemagne en Grande-Bretagne, d’une époque à l’autre sans jamais le perdre. Stéphane Przybylski manipule l’Histoire pour y introduire ses extraterrestres. Ce qui n’est pas chose aisée, on a vite fait de tomber dans le grand n’importe quoi avec ces créatures… » Mes Imaginaires

 

Dragon

Dragon de Thomas DAY

« Sept secondes pour devenir un aigle avait permis de se rendre compte du talent de Thomas Day dans l’écriture de nouvelles. On peut même avancer que le format court lui correspond mieux. La densité de Dragon confirme cette impression. S’y ajoutent le talent de l’auteur à dépeindre une mégapole au bord du chaos, à moitié inondée et à communiquer cette sensation d’humidité poisseuse au lecteur : nous sommes immergés dans l’histoire, aux côtés de Tann et de Dragon ! Une vraie réussite pour le début d’une collection à qui on souhaite le succès. Vivement recommandé. » ActuSF

Le Choix

Le Choix de Paul J. MCAULEY

Pour résumer, Le Choix de Paul J. McAuley est une novella de SF publiée dans l'élégante collection Une Heure-Lumière du Bélial. Dans ce texte récompensé en 2012 par le Prix Sturgeon, l'auteur aborde le passage à l'âge adulte dans un monde hostile de bien des façons. Un concentré d'humanisme et de bonne SF !

Le Bouclier du temps

Le Bouclier du temps de Poul ANDERSON

« Le Bouclier du temps est donc un excellent moment de lecture pour les amateurs d’histoire et/ou de voyage dans le temps. Comme tout le reste du cycle d’ailleurs. Certes La patrouille du temps ne contient que peu d’éléments de SF au final (juste le cadre du voyage temporel), mais du coup c’est un cycle intemporel, qui vieillit fort bien. Si vous aimez l’histoire, jetez-vous dessus, c’est un régal ! » Nevertwhere

Le Nexus du Docteur Erdmann

Le Nexus du Docteur Erdmann de Nancy KRESS

« S'il reste certainement moins accrocheur au premier abord que Dragon, Le Nexus du docteur Erdmann a un côté profondément humain qui permet à Nancy Kress d'envisager une intrigue science-fictive sous l'angle peu commun de la vieillesse. Attachant et intelligent, le texte se lit sans déplaisir aucun et nous entraîne à la fois dans un questionnement sur notre place dans l'univers mais aussi sur notre futur à tous, celui de l'âge. » Just a Word

Dragon

Dragon de Thomas DAY

« Porte-étendard de la collection Une Heure-lumière, Dragon de Thomas Day est un récit fort, un jeu de massacre quasiment salutaire qui imagine (ou pas) un Bangkok rongé de l'intérieur par la pourriture humaine. Dans ce récit brutal et parfois insoutenable surnage la plume vorace du français qui tente de crever les vieux démons qui le hante. Un premier cru prometteur ! » Just a Word

Dragon

Dragon de Thomas DAY

« Il s’agit d’un roman coup-de-poing qui sait interpeller avec justesse les lecteurs sur une triste réalité. Une fois achevé, bien des questions s’imposeront dans nos esprits.
Ce premier titre de la collection Une heure-Lumière marquera ses lecteurs, ce qui est la marque de fabrique de Thomas Day. Un démarrage des plus réussis ! » La Yozone

L'Enchâssement

L'Enchâssement de Ian WATSON

«  Roman pessimiste mais vertigineux, intelligent et intelligible, L’enchâssement est assurément une œuvre patrimoniale qu’il fallait rééditer. Saluons donc le travail exemplaire qui a été fait, et ne boudons pas notre plaisir. » Culture SF

Le Marteau de Thor

Le Marteau de Thor de Stéphane PRZYBYLSKI

« Le sujet exposé est passionnant, l’auteur le maîtrise et le fait partager de fort belle manière. Le lecteur ne peut qu’être captivé par la Tétralogie des Origines, un cycle français qui fait preuve d’une grande ambition. Et on ne peut que se féliciter qu’il tienne toutes ses promesses. » La Yozone

Drift

Drift de Thierry DI ROLLO

« Drift permet un propos extrêmement intelligent sur l’écologie, la croissance, le progrès. La place des nanotechnologies est l’occasion d’un véritable propos sur le transhumanisme. La division entre Justes et habitants des cités-poubelles est l’occasion d’une critique sociale. Le tout en 350 pages. Chapeau. » Bendi

L'Été de l'infini

L'Été de l'infini de Christopher PRIEST

« L’Été de l’infini de Christopher Priest tire son nom du titre de la première nouvelle. Époustouflante, elle devient une ouverture à un recueil non moins superbe. Deux interviews fort intéressantes révèlent l’homme qu’est Christopher Priest — en plus de son rôle d’écrivain. Un recueil de douze nouvelles à découvrir ! » Livrement

Lum'en

Lum'en de Laurent GENEFORT

« Critique acerbe de l'extrémisme religieux, du monde capitaliste, de la consommation à outrance, de la mainmise des multinationales sur l'homme et son environnement mais aussi fable poétique et écologique où l'espoir est toujours présent, ce roman est un petit bijou. Je ne peux que recommander ce livre à l'imaginaire accessible, à la fois simple et efficace. Sûrement l'un des meilleurs romans que j'ai lu cette année. » Les lectures du Maki

Le Marteau de Thor

Le Marteau de Thor de Stéphane PRZYBYLSKI

« Le Château des millions d'années surprenait, séduisait par sa forme original et son fond passionnant. Avec Le Marteau de Thor, l'essai est non seulement transformé, mais on aimerait bien être une petite souris pour observer Stéphane Przybylski pendant qu'il travaille sur les tomes suivants, histoires de découvrir ce qu'il est en train de nous concocter… Nous voici, en principe, à mi-chemin, le souffle ne retombe pas, au contraire, et l'on se pique vraiment à ce jeu de pistes multidimensionnels, où l'on s'attend à ce que l'Histoire, telle qu'on la connaît, soit, à tout moment, sérieusement bousculée par l'imagination fertile d'un auteur que, décidément, il va falloir suivre. » Appuyez sur la touche lecture

Le Marteau de Thor

Le Marteau de Thor de Stéphane PRZYBYLSKI

« Parce qu’en nos contrées nous avons peu d’auteurs de ce calibre. Peu de trames de cette envergure, mêlant autant d’inventivité, d’érudition, avec une belle plume. L’auteur ne change pas son système narratif, on se balade dans le temps, avec différentes personnes. Un système totalement maîtrisé qui ne perd jamais le lecteur mais enrichit plutôt la lecture. » Unwalkers

Bifrost n° 80

Bifrost n° 80 de Stephen KING

« S’atteler à Stephen King relevait de la gageure, du défi fou, mais l’équipe de Bifrost a su le relever. Les lecteurs ne peuvent que s’en féliciter. Et mention également à la nouvelle très forte d’Alissa Wong, sans oublier la couverture très réussie d’Éric Scala. » La Yozone

Le Marteau de Thor

Le Marteau de Thor de Stéphane PRZYBYLSKI

« C'est enfin une histoire qui prend place au cœur d'évènements uniques dans l'Histoire et que Przybylski montre en arrière-plan aussi souvent que nécessaire. C'est donc simultanément, comme dans le tome 1, un bon roman d'aventures et un cours d'Histoire efficace, même si ici le ratio Aventure/Histoire se modifie à l'avantage de la première. » Gromovar

Faire des sciences avec Star Wars

Faire des sciences avec Star Wars de Roland LEHOUCQ

« Beaucoup de rigueur scientifique, un peu de mécanique quantique, un poil d'astrophysique, une pointe d'humour et c'est parti pour tenter de nous expliciter ce que peut être la Force, comment fonctionnerait le Sabre Laser ou comment on pourrait voyager dans l'Hyper-espace. […] Indispensable aux fans de la série, qui, après avoir lu ce petit livre, ne regarderont plus la saga de la même façon et surtout feront attention aux ombres… » Les lectures du Maki

L'Été de l'infini

L'Été de l'infini de Christopher PRIEST

« L’Été de l’Infini est complet, ce livre dépasse de loin le cadre du simple recueil de textes, il fouille l’imaginaire priestien pour nous en révéler toute la richesse. La suite logique est bien sûr de se plonger dans ses romans, anciens comme plus récents. L’Été de l’infini, un excellent moyen de devenir un lecteur convaincu de Christopher Priest. » La Yozone

L'Été de l'infini

L'Été de l'infini de Christopher PRIEST

« Pour résumer, vous avez compris, j'ai pris mon pied à la lecture de L’Été de l'infini de Christopher Priest. Publié chez Le Bélial dans la collection Kvasar, l'ouvrage est complet : une préface très documentée, douze des meilleures nouvelles de l'auteur, deux entretiens à dix ans d'écart entre Thomas Day et lui, un fascinant essai sur l'adaptation du Prestige au cinéma et une bibliographie exhaustive. Un pur bonheur pour un livre qui me restera longtemps en mémoire et gagne une place d'honneur dans ma bibliothèque. » Un papillon dans la lune

La Ménagerie de papier

La Ménagerie de papier de Ken LIU

« Ken Liu touche autant à l'humain qu'à la société et ceci que ce soit au travers de textes grave, mélancoliques, ou bien de manière humoristique. Avec Ken Liu, on tient là un excellent auteur qui pense autant à l'histoire qu'il a à raconter qu'au message qu'il veut véhiculer. » Les Naufragés volontaires

Drift

Drift de Thierry DI ROLLO

« Thierry Di Rollo nous présente un habile mélange de plusieurs genres de SF. Cela lui permet de déplacer son histoire dans l'espace et dans le temps. Le héros Dwayne Darker va évoluer dans une terre ravagée post-apocalyptique, pour finalement la quitter à bord du Drift, ce qui va l'amener à voyager pendant plus de cent ans. La première partie m'a énormément plu, la seconde m'a plus fait réfléchir. Le tout fait un très bon combo. » Mariejuliet

L'Éducation de Stony Mayhall

L'Éducation de Stony Mayhall de Daryl GREGORY

« L’Éducation de Stony Mayhall passe de l’humour au désespoir, de l’amertume à la paix. Les personnages, fouillés et attachants, évoluent dans des situations complexes où la "bonne solution" n’existe pas. De la très belle littérature, intelligente et bouleversante. » Charybde

Nous allons tous très bien, merci

Nous allons tous très bien, merci de Daryl GREGORY

« Daryl Gregory confirme toutes les qualités détectées lors de sa première parution en France. Dans Nous allons tous très bien, merci, il fait à nouveau preuve d’originalité dans le traitement, apportant du sang neuf à ce type d’histoire, il a vraiment le sens du récit et sait entretenir l’intérêt jusqu’au bout. Malgré eux, les lecteurs entrent dans son jeu et se retrouvent à tourner avidement les pages du livre, plongés qu’ils sont dans les révélations et affres de personnages torturés. Un auteur incontestablement à suivre ! » La Yozone

Bifrost n° 79

Bifrost n° 79 de Yves REMY & Ada REMY

« Bref, parce que ça commence à faire longuet comme avis écrit sur le pouce, un numéro dense et très agréable, dont seule une nouvelle ne m’a pas emballé et qui va encore allonger ma liste de livres à découvrir. » Yggdralivre

Nous allons tous très bien, merci

Nous allons tous très bien, merci de Daryl GREGORY

« Si vous aimez les films d’horreur et que vous voulez connaître ce qui se passe après pour les survivants, lisez ce livre. Si vous n’aimez pas ces films ne fuyez pas pour autant, même si ce thème reste central, l’auteur nous offre surtout une réflexion très intéressante sur le syndrome de stress post-traumatique et sur la fatalité. » SyFantasy

Lum'en

Lum'en de Laurent GENEFORT

« Simple mais puissant, limpide et pourtant désabusé, avec le sentiment d’un gâchis prévisible et inéluctable, mais aussi empli d’espoir avec une fin surprenante et optimiste, Lum’en est encore une grande réussite de Laurent Genefort ! » Les lectures de Xapur

Féerie pour les ténèbres, l'intégrale - 2

Féerie pour les ténèbres, l'intégrale - 2 de Jérôme NOIREZ

« Jusqu’au bout nous pourrons nous délecter de cette fresque baroque et macabre, carnaval des horreurs et des peurs qui nous envoûte et nous plonge dans des aventures incroyables, auprès de personnages qu’il est un déchirement de quitter. Féerie pour les ténèbres est une grande œuvre dont la lecture, indispensable, va emporter avec elle tous les amateurs de fantasy, d’horreur, de burlesque, ou tout simplement de belle langue et de grande littérature. » Un dernier livre avant la fin du monde

Nous allons tous très bien, merci

Nous allons tous très bien, merci de Daryl GREGORY

« Véritable page-turner ne reculant devant aucune barrière de genre, Nous allons tous très bien, merci dissèque l'horreur et ses personnages au scalpel. Concis et prenant, le roman de Daryl Gregory n'en oublie pas d'être intelligent et sacrément surprenant par moment. Une sucrerie à l'arrière goût cendreux qui laisse des marques. » Just a word

La Ménagerie de papier

La Ménagerie de papier de Ken LIU

« En définitive, il y en pour tous les goûts dans La Ménagerie de papier. On trouve de l’excellente SF (et du space opera qui sort des canons classiques du genre), de la (bonne) fantasy et du (léger et superbe) fantastique. Ken Liu se montre à l’aise dans chaque domaine abordé, trouve toujours un angle de vue original et/ou pertinent. Le ton, léger ou grave, humoristique ou caustique, ne produit aucune fausse note. La qualité de ses nouvelles reste constante peu importe le thème ou le genre (…). C’est déjà, en soi, un petit miracle (et un bon choix de l’équipe éditoriale du Bélial). » Le RSF Blog

Nous allons tous très bien, merci

Nous allons tous très bien, merci de Daryl GREGORY

« Court et intense, drôle et angoissant, ce roman de Daryl Gregory captive l’attention du lecteur et, insidieusement (c’est très bon signe), lui fait peur. L’angoisse. […] En fait, depuis Steve Rasnic Tem, on n’avait pas lu d’histoire stimulant autant nos peurs latentes. Je lance ici un appel solennel : chaque amateur de fantastique doit lire ce roman ! » Le Salon littéraire

Lum'en

Lum'en de Laurent GENEFORT

« Laurent Genefort assoit ici en à peine 300 pages, un roman riche, foisonnant, pertinent sans être trop complexe, qui ravira autant le féru de SF que le novice. Laurent Genefort prouve encore une fois par cet ouvrage qu'il est un grand nom de la SF francophone. » La Prophétie des ânes

Le Sacre des orties

Le Sacre des orties de Jérôme NOIREZ

« Le macabre côtoie la musique et la poésie, le tout mâtiné d’une couche d’un humour noir et piquant, qui entame notamment chaque chapitre de proverbes plus savoureux les uns que les autres. Mais Noirez n’est pas un enfant de choeur, et chaque rire et sourire dissimulent une charogne, des tripes à l’air ou des créatures que l’on ne voudraient voir hanter les nuits de son pire ennemi.
Un tome 2 ensorcelant et terrifiant, dont on ne peut se décoller, qui nous déchire le coeur et assombrit nos rêves. » Un dernier livre avant la fin du monde

L'Enchâssement

L'Enchâssement de Ian WATSON

« Même si on peut regretter certains développements légers de l’histoire, L’enchâssement se révèle un roman très ambitieux, il s’agit d’un classique de linguistique fiction, d’une démonstration éclatante que la science-fiction peut emprunter d’autres voies que les sciences dures, avec tout autant de rigueur dans le traitement du sujet. » La Yozone

Le Château des Millions d’Années

Le Château des Millions d’Années de Stéphane PRZYBYLSKI

« Nous voici en tout cas happés par une quête passionnante, documentée sans être indigeste, et moins manichéenne qu'on aurait pu le craindre. Cette réussite rappelle celle de Valerio Evangelisti avec la série des Nicolas Eymerich, qui mêlait aussi héros complexe, reconstitution historique et science-fiction en un cocktail dont la recette semble aujourd'hui retrouvée. On attend la suite… » Télérama

La Ménagerie de papier

La Ménagerie de papier de Ken LIU

« Avec la Ménagerie de Papier, le lecteur français découvre enfin un auteur prolifique, s’étant déjà taillé une belle réputation outre-Atlantique et bâtissant progressivement un univers littéraire aussi solide qu’esthétiquement recherché. » Le Traqueur stellaire

Bifrost n° 78

Bifrost n° 78 de Ursula K. LE GUIN

« Ce Bifrost porte la signature Le Guin. Peut-être plus que ses deux nouvelles, on retiendra l’imposant dossier qui lui est consacré et qui illustre bien toute la dimension de l’écrivaine. Elle nous a livré bon nombre de romans magnifiques, des livres qui marquent les lecteurs et leur montrent que la science-fiction n’est pas seulement l’apanage des sciences dures. Ursula K. Le Guin est une auteur incontestablement à ne pas manquer, donc ce Bifrost est vivement conseillé. » La Yozone

Lum'en

Lum'en de Laurent GENEFORT

« Par son propos, Lum’en soulève bien des questions , l’auteur pose un regard lucide sur la question de notre développement perpétuel. Ce roman nous ramène aussi à des épisodes douloureux de notre passé. Le traitement est intelligent et l’histoire bien plus développée que l’on aurait pu le penser à l’origine. Laurent Genefort nous invite à un planet opera bien maîtrisé et des plus intéressants, nous prouvant une fois de plus toute sa maestria en la matière. » La Yozone

La Ménagerie de papier

La Ménagerie de papier de Ken LIU

« Le talent de Ken Liu réside dans sa capacité à extrapoler notre quotidien, à voir plus loin que le simple lendemain et à imaginer le devenir de l’homme à travers les avancées scientifiques. La majorité des textes nous font voyager dans un futur plausible, d’autant qu’ils sont traités avec intelligence, plaçant l’humain au centre des préoccupations. (…) Ses précédentes apparitions dans les revues françaises nous avaient déjà montré tout son potentiel, La Ménagerie de papier ne fait que confirmer ce constat. » La Yozone

La Ménagerie de papier

La Ménagerie de papier de Ken LIU

« La Ménagerie de Papier regroupe un fragment de l'oeuvre prodigieuse de Ken Liu. Son écriture sensible et son talent pour trouver le ton le plus juste quelque soit le registre de son histoire, sa volonté de toujours placer l'humain au cœur de ses récits, c'est tout cela qui fait la supériorité de ce jeune prodige. Voici un recueil incontournable qui se doit de figurer dans toute bibliothèque digne de ce nom. Un triomphe. » Just a word

Le Château des Millions d’Années

Le Château des Millions d’Années de Stéphane PRZYBYLSKI

Avec Le château des millions d’années, Stéphane Przybylski signe un premier tome passionnant à bien des points de vues : par le sujet traité, par ses apartés historiques, ainsi que par le traitement ménageant le suspense. Avec Friedrich Saxhaüser, il a trouvé le vecteur parfait pour raconter une histoire inscrite dans la grande Histoire. Le choix d’un Allemand comme personnage principal rajoute de la densité au roman, de surcroît il a vu le parti nazi naître, évoluer et il jette un regard lucide dessus. L’auteur est à son affaire, il maîtrise la période historique et nous la fait partager de manière originale. Cette entrée en matière dans l’imaginaire est ambitieuse et réussie. La Yozone

Le Château des Millions d’Années

Le Château des Millions d’Années de Stéphane PRZYBYLSKI

« Au final, je me suis donc plongée dans l'aventure pour en ressortir plus que ravie. J'ai aimé le fait que pour une fois, on passe côté allemand, côté qu'on connait moins forcément et qui est au final vraiment intéressant à découvrir. J'ai aimé que l'histoire et l'Histoire se mêle, la manière dont c'est fait. J'ai aimé le côté fantastique, présent mais finalement pas envahissant et laissant la place à l'Histoire elle-même. Et puis, j'ai aimé Saxhäuser, personnage tellement complexe et ambigüe. Je crois que tu l'auras compris, lecteur, ce Château des Millions d'années est un énorme coup de cœur pour moi et j'espère que sa suite, Le Marteau de Thor (cela ne présage que du bon) sortira rapidement ! » La Pile à lire

Bifrost n° 77

Bifrost n° 77 de Mélanie FAZI

« Sans parler de révélation, Mélanie Fazi éclaire ce Bifrost de sa présence. Et puis du Greg Egan, cela ne se refuse pas. Un très bon numéro. » La Yozone

L'Épée brisée

L'Épée brisée de Poul ANDERSON

« Brutal et sans concession, mature diront certains, L’Épée brisée relève par ses accents oedipiens tout autant de la tragédie antique que du récit épique. Si l’on fait abstraction du parallèle un peu malvenu avec l’oeuvre de Tolkien, il s’agit même d’un roman de très bonne facture, bien rythmé, solidement construit et franchement prenant… mais dont l’ambition et l’ampleur restent néanmoins bien plus mesurées. » Blogger in Fabula

Le Château des Millions d’Années

Le Château des Millions d’Années de Stéphane PRZYBYLSKI

« Bref pour ce qui est je crois un premier roman, c'est une sacrée réussite ! Passionnant, ultra-documenté, aussi divertissant qu'intelligent, plein de nuances de gris, Le château des millions d'années est un livre qui se dévore, et dont on aimerait lire la suite au plus vite. » Nevertwhere

L'Épée brisée

L'Épée brisée de Poul ANDERSON

Ne boudons pas notre plaisir : ce roman est une grande réussite, certainement un des chefs d’œuvres de son auteur. On comprend que Michaël Moorcock se sente une dette une dette envers Anderson, tant il semble évident qu’il lui ait emprunté le thème de l’épée runique et maléfique pour créer Stormbringer. Le style et la narration de L’Épée brisée renvoient aux contes moyenâgeux, tout autant que Le seigneur des anneaux, publié à la même époque. Plus dur, plus violent, plus âpre, plus sauvage que le roman de Tolkien, le livre d’Anderson suscite en tout cas l’enthousiasme, celui qui animait l’auteur de ces lignes lorsqu’il découvrait le cycle d’Elric à l’âge de 14 ans. On ne peut que recommander et Anderson et ce roman. Le Salon littéraire

L'Épée brisée

L'Épée brisée de Poul ANDERSON

On sort de L'Épée brisée avec le sentiment de tenir là une pépite, un bijou révélé en France seulement soixante années après sa publication originale. Pourtant, tout comme La communauté de l’anneau de Tolkien, dont il prend le contre-pied, il s’agit là d’un ouvrage fondateur de la fantasy moderne. Par nos lectures, chacun de nous trouvera des livres de fantasy fortement influencés par L’Épée brisée. Tout comme Tau Zero, le Bélial’ répare là une anomalie incompréhensible, il rend enfin ce chef-d’œuvre de la fantasy accessible au public français. La Yozone

Les Perséides

Les Perséides de Robert Charles WILSON

Une grande force se dégage de ce recueil à l’imaginaire diabolique, les nouvelles se complètent, se répondent. Robert Charles Wilson sait nous toucher, trouver des sujets pour mieux nous interpeller. La construction est imparable, elle fait mouche et Les Perséides marque en profondeur ses lecteurs. La Yozone

L'Éducation de Stony Mayhall

L'Éducation de Stony Mayhall de Daryl GREGORY

L’Éducation de Stony Mayhall frappe l’imagination, Daryl Gregory séduit par son style et son inspiration, il réussit à entretenir l’intérêt jusqu’au final, John, ce bébé recueilli puis surnommé Stony en raison de son aspect grisâtre proche de la pierre, est de ces personnages sublimes que l’on n’oublie plus. […] Daryl Gregory, un nom à retenir, et L’Éducation de Stony Mayhall, un livre à ne pas manquer, un livre qui dépasse les simples apparences et s’affranchit des codes pour notre plus grand plaisir. La Yozone

L'Éducation de Stony Mayhall

L'Éducation de Stony Mayhall de Daryl GREGORY

L’éducation de Stony Mayhall offre non seulement une nouvelle vision du mythe mais aussi une vraie réflexion sur l’altérité, le religieux, le politique et sur l’humanité. En explosant son cadre et en en voulant toujours plus, Daryl Gregory écrit un roman grandiose où l’intelligence le dispute à la tendresse. Un pas hors des ténèbres. Just a word

Sept secondes pour devenir un aigle

Sept secondes pour devenir un aigle de Thomas DAY

Par son homogénéité et le talent qui transpire au travers des différents textes qui le constituent, 7 secondes pour devenir un aigle affirme encore une fois avec force que Thomas Day est une voix importante de la science-fiction française. Dépaysant et intelligent, voici un recueil qu’on ne peut que vous conseiller, à plus forte raison si vous êtes sensible à la problématique environnementale. Just a word

Anti-Glace

Anti-Glace de Stephen BAXTER

Ce roman, fort sympathique, a tout le parfum d’une uchronie de bon aloi. Il offre au lecteur une évasion bienvenue qui rappellera aussi à l’amateur ses émois de jeunesse devant les romans du grand Wells. À lire et à déguster aussi. Le Salon littéraire

Anti-Glace

Anti-Glace de Stephen BAXTER

Anti-glace s’avère un plaisir de lecture. C’est une belle occasion de revenir plus de cent quarante ans en arrière, de découvrir un passé alternatif façonné par le pouvoir de l’anti-glace et de s’abandonner à la lecture des folles aventures du groupe de quatre. Ce livre devrait presque se parcourir assis dans un confortable fauteuil, un verre d’alcool à portée de main et, pour les fumeurs, un cigare à disposition. La plongée n’en serait que meilleure. La Yozone

Drift

Drift de Thierry DI ROLLO

Thierry Di Rollo, déjà auteur d'une dizaine de romans, réussit à passionner en chargeant son odyssée de thèmes qui s'entrecroisent : inégalité de la vie sur terre, déliquescence programmée d'une élite surhumaine, noirceur d'un monde où sont condamnés ceux qui restent autant que ceux qui partent... […] Auteur parmi les plus noirs de la SF hexagonale (voir le très cruel Meddik, chez Folio SF), Di Rollo éclaire ici sa très pessimiste vision de quelques lueurs d'amour : les plus belles pages du livre mettent en scène une idylle du futur et éclairent d'un contrepoint lumineux cette odyssée de la survie. Télérama

Anti-Glace

Anti-Glace de Stephen BAXTER

Derrière le pastiche, on retrouve également en creux les thématiques habituelles de l’auteur. Son goût pour la conquête spatiale et, bien sûr, sa foi dans la science et le progrès, même si l’humanité en dévoie l’usage pour satisfaire ses plus bas instincts. Sur ce dernier point, en paraphrasant le célèbre roman d’Ursula Le Guin, Anti-Glace peut être qualifié d’uchronie ambiguë. Avec Anti-Glace, Stephen Baxter nous gratifie d’un roman léger, mélange d’uchronie et d’aventures, qui divertit au moins autant qu’il rend hommage aux fondateurs du genre. Yossarian

Drift

Drift de Thierry DI ROLLO

Comme toujours chez Di Rollo, c'est violent, sombre, et beau. À ceci près que cette fois-ci, il ajoute une dose d'espoir massive aux projets des hommes. malgré leur tendance et leur volonté naturelles à la destruction, il semblerait qu'un salut les attend au-delà des étoiles, et leur insuffler des sentiments, que ce soit entre humains ou entre hommes et bêtes ravive la pitié qu'on a pour ses personnages. Un grand roman, encore. Le Journal semi-littéraire

Drift

Drift de Thierry DI ROLLO

« Drift s’avère un roman ambitieux, une critique d’une société aux mains de privilégiés qui choisissent pour les masses sans se préoccuper de leur opinion. D’une grande force d’évocation, Drift se dévore, le lecteur perd le fil du temps comme les passagers à bord du Drift, un vaisseau fantastique. Il est trimbalé dans tous les sens, n’en sort pas intact mais heureux de cette excellente lecture. Il semble que Thierry Di Rollo n’a pas fini de nous surprendre et de séduire le public ! » La Yozone

Rosée de feu

Rosée de feu de Xavier MAUMÉJEAN

Avec Rosée de feu, Xavier Mauméjean s’attaque avec succès à un sujet rarement abordé lorsqu’il est question de la Seconde guerre mondiale. Un récit très instructif qui ne commet par l’erreur de tomber dans le jugement moral ou le pathos et nous offre au contraire une vision la plus impartiale possible concernant le Japon et ses traditions, y compris celles qui passeraient pour du fanatisme aux yeux des lecteurs occidentaux. Dommage que le seul élément « fantasy » de l’histoire ait été un peu trop maladroitement intégré au roman. Encore une belle réussite pour Xavier Mauméjean ! Le Bibliocosme

Bifrost n° 74

Bifrost n° 74 de Léo HENRY

Le dossier de ce numéro révélera Léo Henry à beaucoup de lecteurs de Bifrost. D’ailleurs, c’est un de ses complices, Stéphane Perger, qui a dessiné la couverture illustrant “Le Major dans la perpendiculaire”. Les jeunes auteurs talentueux au sommaire nous font espérer le meilleur pour l’avenir. La Yozone

Le Calice du Dragon

Le Calice du Dragon de Lucius SHEPARD

« Mais ce qui fait toute la force du Calice du dragon réside dans ses qualités d’écriture. Shepard n’oublie jamais que ce qui structure un roman c’est avant tout sa narration. La réflexion, aussi fine et intelligente soit-elle, ne prend jamais le pas sur la fluidité du récit, sur le rythme quasiment hypnotique des mots et sur la richesse du vocabulaire, admirablement retranscrit en français par la traduction de Jean-Daniel Brèque. Superbement écrit, maîtrisé de bout en bout, Le Calice du dragon apporte à l’édifice de Griaule une nouvelle pierre, dont on aurait aimé qu’elle ne soit hélas pas la dernière ; mais à moins de découvrir des manuscrits cachés de l’auteur américain, il faudra bien se faire une raison. » Blogger in Fabula

Stark et les rois des étoiles

Stark et les rois des étoiles de Leigh BRACKETT

« Les traductions révisées par Pierre-Paul Durastanti sont fort agréables à lire, le petit texte d’Edmond Hamilton sur son épouse fort intéressant et la bibliogaphie d’Alain Sprauel impeccable. Cerise sur le gâteau, outre une belle couverture d’Elian Black’Mor, le livre comporte six dessins de Caza, que demander de plus ! Amateurs de SF, ou plus simplement de belle littérature d’évasion, voici un volume incontournable à lire de suite. » Les coups de cœur de Jean-Luc Rivera

Hysteresis

Hysteresis de Loïc LE BORGNE

« Hysteresis est donc un roman à mi chemin entre fantastique et post apo. On y rencontre une communauté qui refuse son histoire et a crée un système de règle en vue de l'annihiler. Réaliste, mystérieux, ce texte en forme de témoignage montre une folie humaine tellement grande qu'elle en est crédible et nous rappelle des scènes bien réelles de notre actualité. Loïc Le Borgne a du talent et brosse des portraits attachants, inquiétants de personnages qui, lorsqu'ils se fondent dans la communauté, perdent toute humanité. Une grande réussite qui nous prouve, s'il le faut, que les auteurs jeunesse sont de grands auteurs ! » E-maginaire

Hysteresis

Hysteresis de Loïc LE BORGNE

« Ce superbe roman s’affranchit des genres, il est capable de plaire à tout un chacun amateur de belle écriture et d’histoire bien ficelée, captivante et intelligente. Loïc Le Borgne séduit les lecteurs et montre qu’il a l’étoffe d’un très grand.
Après lecture, Hysteresis reste gravé en lettres de feu dans notre esprit, ses personnages forts continuent à nous hanter et bien sûr, cet avertissement ne peut mourir : que deviendront les enfants de nos enfants si l’on continue sur cette voie ? Nous remercieront-ils seulement de les avoir mis au monde ? De quoi nouer les tripes… » La Yozone

Bifrost n° 68

Bifrost n° 68 de COLLECTIF

Le point fort de ce numéro est l'interview fleuve de Ian McDonald menée par Thomas Day. Un long entretien qui permet d'en découvrir un peu plus sur l'auteur, sa manière d'aborder le récit, de travailler, d’insuffler un sens à ses textes, etc. Continuez comme cela chez Bifrost, ces interviews sont des joyaux, de petites pierres précieuses qui nous offrent de belles rencontres et qui serviront probablement de matière intéressante à de futurs chercheurs dans le domaine de la littérature de l'imaginaire. Le Naufragé volontaire

Bifrost n° 72

Bifrost n° 72 de Ray BRADBURY

La couverture d’Aurélien Police, inspiré comme à son habitude, affiche le message : « Ray Bradbury : sculpteur de rêves ». Cet écrivain a su dépasser le cadre SF, attirant par ses écrits des lecteurs de tous bords. […] Une fois ce Bifrost achevé, l’envie de relire la prose bradburienne nous titille... mais aussi celle de se replonger dans du Christian Léourier. La Yozone

Bifrost n° 72

Bifrost n° 72 de Ray BRADBURY

« Bifrost retrace donc de fort belle manière le parcours du monsieur, nous donne des clefs pour découvrir son oeuvre, propose d’excellents articles de fond, à l’instar de ces quelques pages consacrées aux interprétations souvent erronées qui sont faites de Fahrenheit 451 justement. Tout simplement pa-ssio-nant. »

Canal Hurlant

Bifrost n° 72

Bifrost n° 72 de Ray BRADBURY

Au programme trois nouvelles des l'auteur : « Le Cercueil », un des premiers textes de Bradbury, gentil mais pas totalement convainquant. « Un Petit Voyage » par contre est réussi avec son ambiance ironique, il ne fallait pas promettre à quelques vieilles bigotes une rencontre avec Dieu dans l'espace. Enfin « La Grande roue » contient les prémisses de La Foire des Ténèbres, plaisant et annonciateur d'un grand roman. (…) En conclusion, un numéro solide au contenu bien étayé et un très bon moment de lecture. Efelle

Sept secondes pour devenir un aigle

Sept secondes pour devenir un aigle de Thomas DAY

On devine chez l’auteur le souci toujours présent de préserver la cohésion et le sens du récit. L’écriture coule ou cogne avec facilité mais sans artificialité et toujours au service de la narration. Un ensemble remarquable, « Ethologie du tigre » en tête, dans un packaging aux petits oignons. Soleil vert

Le Calice du Dragon

Le Calice du Dragon de Lucius SHEPARD

Au final la magie de Griaule opère toujours dans ce Calice du Dragon et qu’on ne saurait que trop vous recommander. C’est un ouvrage de fantasy original et intelligent. Voici la preuve de la richesse de ce genre qui a encore beaucoup à dire. Et Lucius Shepard tout particulièrement... ActuSF

Stairways to hell

Stairways to hell de Thomas DAY

Pourtant, malgré toute cette violence, chaque texte recèle une certaine beauté, de petits moment de poésie qui rendent les écrits de Thomas Day si inoubliables et ses personnages, aussi horribles ou pervertis soient-ils, profondément humains et touchants. Le Bibliocosme

Number Nine

Number Nine de Thierry DI ROLLO

Assurément, on ressort ébranlé par la lecture de Number Nine. La vision pessimiste de l’auteur et le peu d’empathie que semblent éprouver les personnages pour leurs semblables comptent pour beaucoup dans cette impression. Le roman de Thierry Di Rollo est jalonné de phrases chocs, comme autant de clous apposés sur le cercueil d’une humanité vouée à faire du monde un enfer. Yossarian

Sept secondes pour devenir un aigle

Sept secondes pour devenir un aigle de Thomas DAY

Du talent, Thomas Day en a à revendre et, même s’il s’est assagi comme le précise fort justement Olivier Girard dans la préface, il s’agit incontestablement d’un des tous meilleurs auteurs français de l’imaginaire. 7 Secondes pour devenir un aigle est un recueil de qualité, d’autant plus incontournable qu’il fait également la part belle au talent d’Aurélien Police. La Yozone

Sept secondes pour devenir un aigle

Sept secondes pour devenir un aigle de Thomas DAY

On le voit, contrairement à Antoine Volodine qui prône le post-exotisme, fondé sur la subversion de l'idée même d'Auteur, Thomas Day s'avère le tenant du pur-exotisme où l'écrivain s'affirme tel un vengeur masqué à l'assaut des tares de l'Humanité. Il ne s'agit pas de déterminer à son propos si son œuvre appartient ou non à la Science-Fiction, ses thèmes et son écriture s'en révèlent imprégnés. […] Aujourd'hui, en explorant sa voie, en se créant un ton personnel d'une belle maturité, voilà un nouveau talent sur lequel nous devons compter. Philippe Curval

La Créode et autres récits futurs

La Créode et autres récits futurs de Joëlle WINTREBERT

La quatrième de couverte annonce de la qualité et ce n'est pas volé. Ce recueil est un sans faute, même si quelques textes m'ont moins parlé que d'autres. Chaque nouvelle marque par ses thématiques et la création d'un univers propre (avec la frustration que le format nouvelle peut apporter). (…) Ce recueil est un véritable petit chef-d'oeuvre de maîtrise du format court et d'imagination science-fictive. Tigger Lilly

Barrière mentale et autres intelligences

Barrière mentale et autres intelligences de Poul ANDERSON

Barrière mentale constitue un très bon aperçu de Poul Anderson. Le roman, déjà paru aux éditions du Masque dans les années 70, bénéficie d’une traduction remaniée et complétée (…) et constitue un régal pour l’amateur. Cependant, une nouvelle comme "Terrien, prends garde !" montre bien qu’Anderson était surtout un fantastique auteur d’histoires courtes - ou de novellas : on demande une suite à la superbe anthologie Le chant du barde car l’âge d’or de la science-fiction américaine a été aussi l’une des périodes durant laquelle la nouvelle atteignit son apogée dans le genre. Enfin, coup de chapeau à Manchu pour sa superbe couverture. Le Salon littéraire

Bifrost n° 71

Bifrost n° 71 de COLLECTIF

Avec “Cosplay”, on peut dire que Michel Pagel nous gâte. (…) Michel Pagel possède un indéniable talent de conteur qui nous happe d’emblée. Comme l’idée s’avère originale, on ne peut qu’être séduit par “Cosplay” qui illustre à merveille les propos de Michel Pagel : une bonne histoire, des personnages bien campés, plutôt qu’un style à tout casser et servant à pallier à la pauvreté de l’ensemble. La Yozone

La Paille dans l'oeil de Dieu

La Paille dans l'oeil de Dieu de Larry NIVEN & Jerry POURNELLE

Résolument non-manichéen, démontrant avec brio que la vérité absolue n’appartient à personne, que préparer l’avenir c’est aussi se préparer au pire voire aux solutions extrêmes, même si cela semble invraisemblable et ignoble, et que la paix et la survie doivent parfois être faites de concessions, [La Paille dans l'œil de Dieu] est un étonnant roman au titre particulièrement évocateur et bien trouvé qui, bien que datant de 1974 (dans un genre, le space-opera, qui évolue très vite et peut vite se démoder), n’a rien perdu de sa force et de sa modernité. Sans doute pas un chef d’oeuvre, mais un récit redoutablement fin et intelligent. Lorkhan

Barrière mentale et autres intelligences

Barrière mentale et autres intelligences de Poul ANDERSON

Voilà un beau roman, avec parfois des atmosphères un peu à la Simak (lorsque l’on est à la ferme avec Brock et ses animaux), à découvrir dans sa vraie version. Merci à Jean-Daniel Brèque et Pierre-Paul Durastanti pour leur travail, d’autant plus que le roman est accompagné de quatre jolies nouvelles et d’un article passionnant sur ce que les neurosciences peut nous apporter pour mieux comprendre les forces et les faiblesses éventuelles de ce roman. Cerise sur le gâteau, une bien belle couverture très évocatrice de Manchu ! Jean-Luc Rivera

Le Calice du Dragon

Le Calice du Dragon de Lucius SHEPARD

Le Calice du Dragon est un texte qui a quelque chose de magique. Sur le papier, l'intrigue n'est en elle-même pas extraordinaire, et pourtant à la lecture on est complètement happé, hypnotisé, bref on ne lâche pas le morceau (encore un coup de Griaule, j'en suis sûre). (…) C'est un portrait surprenant que peint Lucius Shepard, celui d'un héros non conventionnel mais auquel on se surprend à s'attacher tandis qu'il évolue, et c'est d'autant plus agréable à lire que c'est magnifiquement bien écrit. Car c'est sans doute là que réside la magie de cet ouvrage, dans cette écriture extrêmement riche et précieuse, fourmillante de détails, qui donne corps à cet univers fantastique. Nevertwhere.
Barrière mentale et autres intelligences

Barrière mentale et autres intelligences de Poul ANDERSON

Les textes choisis forment un ensemble très cohérent (pas étonnant quand même, vu que les types du Bélial sont loin d’être les premiers venus) et l’article final, de deux chercheurs en sciences cognitives et neurosciences, est un petit chef d’oeuvre de vulgarisation et de synthèse. Il ajoute une plus-value sensible à ce Barrière mentale et autres intelligences. Wagoo

Le Calice du Dragon

Le Calice du Dragon de Lucius SHEPARD

Le Calice du Dragon nous amène à l’ombre du dragon Griaule régnant insidieusement sur son entourage, nous plonge dans les intrigues commerciales, politiques et religieuses locales des décennies durant. Ce roman représente une nouvelle incursion dans cet univers si particulier, si prenant et faisant la part belle à l’imaginaire et au style de Lucius Shepard. Une preuve supplémentaire de son indiscutable talent... s’il en fallait encore ! Il figure au rang des voix les plus originales de l’imaginaire. Vous l’aurez compris, Le Calice du Dragon est une lecture des plus recommandables. Celle préalable du recueil Le Dragon Griaule n’est pas indispensable, mais les deux titres forment un tout de haute volée, aussi bien au niveau de l’histoire que de la présentation. La Yozone

Le Calice du Dragon

Le Calice du Dragon de Lucius SHEPARD

Ce roman [Le Calice du Dragon], le seul du cycle, est une vraie réussite. S'il peut être lu indépendamment du reste des nouvelles concernant Griaule, je pense qu'il prend vraiment tous son sel pour celui qui à lu le premier recueil. Reflets de mes lectures

Cagebird

Cagebird de Karin LOWACHEE

Karin Lowachee a choisi de marier le space opera à des thèmes et des problématiques inhabituelles au genre. Du coup, elle renverse complètement certains clichés du roman d’aventures : les pirates ne sont pas glamours, ils sont violents, abusent des enfants qu’ils dressent à leur image – on est très loin de L'Île au trésor, chef d’œuvre pourtant vénéneux de Stevenson, et de Long John Silver. Emprisonné dans ses névroses, Kirov a un seul ami : son oiseau, enfermé dans une cage, comme lui est prisonnier du monde de la piraterie… Cagebird, on le referme comme un bon roman noir, âcre. On sent la transpiration, les montées d’adrénaline. On sort KO ! Ce roman constitue une franche réussite et de Karin Lowachee, on attend désormais beaucoup ! Le Salon littéraire

Accrétion

Accrétion de Stephen BAXTER

Au final, un roman qui marque le lecteur et le connaisseur, qui donne envie de se replonger dans Une brève histoire du temps de Stephen Hawking. De la très bonne Hard Science — genre qui n’existe pratiquement pas dans la science-fiction francophone et on peut finalement le regretter — qui est aussi un space opera imaginatif. Formons le vœu que Le Belial’, un de nos éditeurs les plus courageux, traduise l’ultime volume du cycle, le recueil de nouvelles intitulé Vacuum Diagrams. Le Salon littéraire

Bifrost n° 70

Bifrost n° 70 de COLLECTIF

Bref, si l'on s'intéresse à Stephen Baxter, il n'y a pas de raisons de se priver de ce Bifrost comme d'habitude perfectible mais très plaisant à parcourir. Les nouvelles sont globalement convaincantes, plus que dans le numéro précédent. J'aurai quand même bien voulu en savoir plus sur la partie de l’œuvre de Baxter inconnue dans nos contrées, mais en tous cas, il y a largement de quoi faire son choix parmi ses œuvres traduites. Et la couverture est magnifique, parfaitement dans le ton, Manchu assure. Les Pages de Nomic.

Le Dernier Château et autres crimes

Le Dernier Château et autres crimes de Jack VANCE

« Cette capacité qu’a Jack Vance d’imaginer d’autres mondes et de nous y plonger, nous amenant si facilement en voyage vers des destinations toutes plus exotiques les unes que les autres, joignant ainsi le rêve et le dépaysement à ses écrits, emporte inévitablement l’adhésion. Quel que soit l’âge du lecteur, Jack Vance sait toucher ce dernier et lui faire partager le sens du merveilleux, partie intégrante de ses ouvrages. D’ailleurs, Nicolas Fructus, l’illustrateur de la magnifique couverture, a bien saisi l’essence de l’imaginaire vancien. » La Yozone.

Bifrost n° 69

Bifrost n° 69 de COLLECTIF

« Un Bifrost 69 de bonne tenue qui ne ravira peut-être pas tout le monde par son orientation rock couvrant plus des trois quarts des pages, mais qui est une mine d’informations sur le sujet, tout en nous divertissant agréablement. Et puis, ça change des numéros centrés autour d’un écrivain avec des dossiers se ressemblant finalement. »

Accrétion

Accrétion de Stephen BAXTER

« Baxter nous entraîne dans ce voyage improbable avec une aisance déconcertante : on y croit, et il arrive à nous faire partager son enthousiasme et son émerveillement. Il déploie un réel talent de vulgarisation, en arrivant à expliquer des notions vraiment complexes. (...) Mais Baxter s’attache avant tout à l’aventure humaine. Disparues les maladresses des deux premiers tomes du cycle : les personnages sont bien campés et ont une épaisseur psychologique certaine. Baxter, comme je le dis plus haut, en a fini avec ses gammes et maîtrise son art. » Le Journal Extime de Cyrille

Elbrön

Elbrön de Thierry DI ROLLO

« Elbrön représente donc une suite à la hauteur, une suite telle qu’on l’espère, repoussant nos attentes pour mieux sublimer son sujet. Et s’il n’est plus question à proprement parler de découverte et de claque dans le cadre d’une suite dans la droite ligne d’un premier volume, la morsure de la lame du varanier s’est faite d’autant plus profonde. De quoi tenir l’un des grands romans fantasy de la rentrée… et pourquoi pas de l’année, une fois encore. » Elbakin

Féerie pour les ténèbres, l'intégrale - 2

Féerie pour les ténèbres, l'intégrale - 2 de Jérôme NOIREZ

« Prolongement en pointillés de l’œuvre principale, ces nouvelles, comme autant de paliers de décompression, nous font lentement émerger de l’En-Dessous, achevant en douceur une symphonie littéraire que l’on quitte à regret. Monument unique et polymorphe, Féerie pour les Ténèbres est un trésor de poésie qu’il faut découvrir. » Culturellement Geek

Féerie pour les ténèbres, l'intégrale - 1

Féerie pour les ténèbres, l'intégrale - 1 de Jérôme NOIREZ

« Après quelques six cents pages de lecture, Féerie pour les Ténèbres m’est toujours aussi inqualifiable, expérience littéraire étrange [...]. C’est éreintant, drôle pourtant, et emplit du mystère dont sont faits les rêves – ou les cauchemars. Une seule chose est sûre : une fois entré dans le récit, ce qui vient très vite, l’auteur ne nous lâche plus avant la dernière page. Et encore… » Culturellement Geek

Tau Zéro

Tau Zéro de Poul ANDERSON

« Poul Anderson nous conte plus qu’une traversée scientifique, certes imaginaire, mais aussi et surtout une véritable aventure humaine, philosophique, théologique, et psychologique, à la conquête du Cosmos. Un livre dense, vivant et réellement intriguant, avec une fin tout bonnement vertigineuse. » SensCritique

Le Dragon Griaule

Le Dragon Griaule de Lucius SHEPARD

« En tant que nouvelles isolées, Le Père des pierres et Le Crâne (et dans une légèrement moindre mesure, L'homme qui peignit le dragon Griaule) seraient déjà des réussites majeures. La continuité subtile, les effets de contraste et de résonance à travers le temps et les personnages, permis par l'assemblage des six longues nouvelles, construisent un grand roman à facettes. » Librairie Charybde

L.G.M.

L.G.M. de Roland C. WAGNER

« Uchronie originale, virulente satire politique, roman « quantique » à la Egan, pochade extraterrestre, thriller paranoïaque X-filien, L.G.M. est un livre qui jongle avec de nombreux thèmes et icônes — dont certains plutôt sombres. (...) Les habitués de Roland C. Wagner seront en territoire connu, car on retrouve toutes les obsessions de l'auteur, à commencer par sa hargne caustique envers l'Amérique bushiste et par l'idée que le rock demeure une meilleure arme, plus révolutionnaire, que les bombes. Un credo sympathique et réjouissant pour un roman qui l'est tout autant. » nooSFere

Louisiana Breakdown

Louisiana Breakdown de Lucius SHEPARD

« Résolument inclassable et totalement incontournable, magnifiquement traduit, Louisiana Breakdown est à recommander à tous. Aux néophytes qui ont là une remarquable porte d’entrée dans l’univers shepardien. Mais aussi aux shepardiens aguérris, qui seront ravis de retrouver un Lucius au meilleur de sa forme. Un livre qui trouvera sans problème sa place dans toute bonne bibliothèque, entre Joseph CONRAD et William FAULKNER. » Le Cafard cosmique

Louisiana Breakdown

Louisiana Breakdown de Lucius SHEPARD

« Rassurez-vous, néanmoins : je suis loin d’être le seul à avoir vanté les mérites de Louisiana Breakdown, et d’autres l’ont sans doute fait bien mieux que moi : fouillez un peu, vous verrez… Alors croyez-moi au moins sur ce point : ça vaut le coup de se perdre dans Graal ; on n’en sort pas indemne, mais on en retire nécessairement quelque chose, ne serait-ce qu’un indéniable plaisir de lecture. » Nébal

Le Dragon Griaule

Le Dragon Griaule de Lucius SHEPARD

« L’écriture de Shepard est limpide. Le plaisir du style est intense. D’un classicisme qui rappelle vigoureusement le XIXème siècle (avec même quelques termes désuets et charmants), à une narration bien plus contemporaine pour Le Crâne, le style riche et imagé de Shepard emmène le lecteur, en sollicitant tous ses sens, dans le monde qu’il décrit, au fil d’une lecture que le plaisir formel rend aisée et rapide. C’est un livre à lire absolument si on aime la littérature. » Gromovar

Tau Zéro

Tau Zéro de Poul ANDERSON

« Il serait bien dommage que la France, grâce aux editions du Bélial qui ont fait ici un travail éditorial remarquable (superbe couverture de Manchu, traduction impeccable et préface de Jean-Daniel Brèque et postface particulièrement éclairante du passionnant scientifique vulgarisateur Roland Lehoucq) , ne l’estime pas à sa juste valeur. Superbe, de bout en bout ! » lorkhan

Tau Zéro

Tau Zéro de Poul ANDERSON

« Non, décidément, une fois ce livre refermé, on a du mal à croire qu'il ait fallu attendre quarante ans pour qu'il soit traduit. Et l'on espère vivement que les éditions du Bélial vont continuer leur travail de redécouverte de l'auteur essentiel qu'est Poul Anderson. » nooSFere

Zendegi

Zendegi de Greg EGAN

« Un roman fascinant qui n’a pas été sans me rappeler certaines des meilleures nouvelles de Greg Egan (rhââââââ, Des raisons d’être heureux !) et qui acquiert au passage une forte dimension humaine, sincèrement émouvante, qui montre bien qu’on aurait tort de réduire la production de l’auteur australien à de la "SF d’ingénieur". »

Welcome to Nebalia

Zendegi

Zendegi de Greg EGAN

« Greg Egan poursuit son interrogation sur le devenir de l'homme. Qu'est-ce qui le différencie de la machine ? Le monde virtuel pourra-t-il dans l'avenir se confondre avec la réalité ? Un roman humaniste et passionnant, excellente introduction à une oeuvre importante de la science-fiction d'aujourd'hui. »

Télérama

Zendegi

Zendegi de Greg EGAN

« Beaucoup moins hard science, mais davantage humain, ce roman a en outre un énorme potentiel pour faire découvrir l'auteur aux lecteurs qui auraient pu être effrayés par l'aspect trop scientifique des précédents. »

Bruno Para (nooSFere)

Zendegi

Zendegi de Greg EGAN

« Par ce joli printemps ensoleillé, j’ai failli perdre mon latin en lisant Zendegi. Troublé sans doute par son climat, son ambiance qui diffèrent en grande partie des œuvres précédentes. Malgré tout, j’ai persisté ! Effort récompensé qui m’a permis, après avoir tourné la page 366 et dernière, de prononcer avec un léger soulagement : amo, amas, amat, amamus, amatis, amant Greg Egan. Un roman profus, déconstruit, attachant, qui révèle la part secrète de Greg Egan, son quotient d’humanité. »

Philippe Curval (Carnet particulier)

Zendegi

Zendegi de Greg EGAN

« Sans renoncer aux réflexions sur l’avenir de la science et de l’humanité, Egan, en étant moins abscons que par le passé, écrit ici un roman certes moins ambitieux d’un point de vue de la prospective scientifique, mais excellent à tout point de vue. A l’heure où l’anticipation devient un genre largement mineur (en terme de quantité de parution) des littératures de l’imaginaire, les fans de cette littérature doivent se jeter sur Zendegi. »

Le Journal Extime de Cyrille

Zendegi

Zendegi de Greg EGAN

« Greg Egan s'humanise de plus en plus. Alors qu'il faisait partie des auteurs de hard-science les plus pointus de sa génération, il glisse petit à petit vers de la science fiction plus humaniste, politique et abordable par le grand public. »

SciFi-Universe

Gravité

Gravité de Stephen BAXTER

« Profond, mature et agréablement glacial, le désormais célèbre Baxter démontre ici que ses premières expériences valent le détour. Voilà une histoire à ne plus regarder vers l'espace de la même façon. Attention : Grand risque de devenir fan ! » Librairie Critic

Warchild

Warchild de Karin LOWACHEE

« On y trouve tous les ingrédients du bon space-opera : les vaisseaux, les stations spatiales, les pirates, les extraterrestre, la guerre… Mais ce space opera est différent. Karin Lowachee vous emporte dans son univers, vous pose des questions sur l’enfance, les adultes, la différence et les apparence qui sont parfois trompeuses. Je ne peux que vous le conseiller. Précipitez vous pour l’acheter et le lire. » RSF Blog

Warchild

Warchild de Karin LOWACHEE

« Warchild est au final une excellente surprise, évitant le schéma classique des space opera dits « militaristes » pour se concentrer sur les rapports humains avec une justesse et une subtilité impressionnantes. Malgré sa taille assez conséquente (560 pages), le roman se lit vite : il est captivant de bout en bout, les pages défilent sans que l’on s’en rende compte. Si les romans suivants de Lowachee sont du même tonneau, on pourrait assister ici à la naissance d’une auteure de premier plan nous offrant un divertissement de haut vol. »

ActuSF

Gravité

Gravité de Stephen BAXTER

« Découvertes, redécouvertes, illusions, désillusion, science, aventure, action nerveuse, poigne, tripes, visions cosmiques... Ce bouquin vous attrape et ne vous lâche plus. On en a largement pour son argent et pourtant, tremblant, déjà en manque, on voudrait que ça continue... » Le Cafard cosmique

Gravité

Gravité de Stephen BAXTER

« Entre la Hard-Science de A. C. Clarke et les délires imaginatifs des années 50 style Jack Williamson : la saga des Xeelees se doit d’être dans toute bibliothèque de SF. » Mass Biolab

Gravité

Gravité de Stephen BAXTER

« Gravité est un très bon tome introductif. On a hâte de découvrir la suite de ce fameux cycle des Xeelees, qui ne sont que cités une fois en fin de livre. Quelle est cette mystérieuse espèce intelligente ? Quelles interactions pourront bien avoir les êtres humains avec eux ? » ActuSF

Gravité

Gravité de Stephen BAXTER

« Ce premier tome du cycle des Xeelees se lit avec grand plaisir et, s'il forme une aventure à part entière qui peut se lire indépendamment de ses suites, il donnera envie au lecteur de continuer l'exploration de cet univers étrange et passionnant, parfaitement mis en image par la force d'évocation de Stephen Baxter. » nooSFere

Gravité

Gravité de Stephen BAXTER

« C'est donc par ce roman que commença la carrière de Stephen Baxter. L'auteur a déjà un talent de conteur et une facilité à romancer les notions complexes de la physique. » SciFi-Universe

L'École des assassins

L'École des assassins de Ugo BELLAGAMBA & Thomas DAY

« Écrit à quatre mains, L'École des assassins est un roman vif et enlevé, que l'on dévore en quelques heures. On y retrouve bien évidemment la fureur d'écrire de Thomas Day et on découvre une situation historico-politico-économique complexe certainement conçue par Ugo Bellagamba. Un de ces petits plaisirs qui n'ont rien de honteux. » Keep Watching the Skies

L'École des assassins

L'École des assassins de Ugo BELLAGAMBA & Thomas DAY

« Le monde de Thomas Day et d'Ugo Bellagamba est un monde de violence : c'est celui des super-héros et des mangas. Mais c'est aussi un monde profondément humain : la pitié, l'amour et le sens de l'honneur de l'éducation samouraï sont là pour dérégler les machinations les mieux réglées et les machines de guerre les mieux huilées. » La Recherche

Ça vient de paraître

24 vues du mont Fuji, par Hokusai

Le prochain Bifrost

Bifrost n° 88
PayPlug