Lucas MORENO

Lucas Moreno est né en 1972 en Uruguay. Arrivé en Suisse à huit ans, il est bilingue espagnol/français, parle l’anglais et l’italien, se débrouille en allemand et baragouine le chinois. Après une maîtrise de lettres en sinologie et histoire des religions, il travaille comme  bassiste, guitariste, professeur de lettres/histoire dans le secondaire, journaliste, assistant universitaire, traducteur technique et littéraire, formateur pour adultes puis rédacteur aux Services du Parlement suisse.

Aujourd’hui, il se consacre exclusivement à l’écriture. Il compte une vingtaine de publications : textes personnels (un recueil et dix nouvelles) ainsi que traductions de romans, nouvelles et B. D., notamment pour L’Atalante et Les Humanoïdes Associés. On trouve ses nouvelles, saluées par une critique attentive, au sommaire des revues Bifrost, Solaris et Lunatique ainsi qu’en anthologie.

Début 2007, il cofonde Utopod, émission proposant des lectures de nouvelles francophones de SF, fantastique et fantasy, qu’il dirige et anime jusqu’à la fin de l’émission en novembre 2010. Il a déjà été nominé, à ce titre, pour le Grand prix de l’imaginaire, le Prix Bob Morane et le Prix Imaginales. En 2010, un projet de cycle de nouvelles noires lui vaut de figurer parmi les cinq finalistes du prestigieux Prix de la Fondation Edouard & Maurice Sandoz.

Disponible   À paraître   Bientôt épuisé   Épuisé

Bifrost n° 55

Bifrost n° 55

Elle gît, couverte de givre, dans une grotte de glace. Sa pose est si inconfortable qu’elle pourrait lui avoir été soufflée par Rodin en personne : en partie appuyée sur son côté gauche, les épaules plaquées à la paroi, elle lève le coude droit au-dessus de la tête, la main pendue devant son visage. Sa jambe gauche est complètement enterrée.

[…]

Sous sa couche de glace, ce qui apparaît de ses traits n’est pas déplaisant, mais pas frappant de beauté non plus. Elle semble avoir une vingtaine d’années. De multiples fissures courent sur les murs et le sol. Au plafond, les stalactites chatoient tels des bijoux dans la lumière que les parois reflètent en un cycle infini. Le terrain présente une pente graduée, aussi la statue, en son point culminant, confère à tout l’endroit un vague air de tombeau. Quand parfois les nuages se fendent à la tombée du soir,

le couchant baigne sa silhouette d’un éclat rougeoyant.

[…]

Le tableau d’ensemble pourrait laisser croire qu’il s’agit là d’une pauvre infortunée prise au piège et morte de froid, plutôt que la statue de la déesse vivante qui se tient à l’endroit où tout a commencé.

Roger Zelazny

« Permafrost »

11,00 €   Ajouter au panier

Bifrost n° 49

Bifrost n° 49

... ce que bous venez de lire est en fait le passage érotique d'ouverture de Love Addict [Esclave de l'amour] publié à Chicago par Nightstand Books en octobre de cette année-là. Ce fit le premier de quelque cent cinquante romans que je devais écrire pour cette maison au cours des cinq années suivantes sous le pseudonyme de Don Elliot. De nos jours, on appellerait ça du porno soft.

Vous avez bien lu. Cent cinquante romans de longueur standard en cinq ans. Trente livres à l'année, plus d'un toutes les deux semaines, jours ouvrables ou non, entre 1959 et 1964. Tapés à la machine, rien de moins (les PC n'existaient pas, à l'époque, pas même les bonne vieilles IBM électriques). D'autres auteurs, dont les noms vous surprendraient beaucoup, pondaient leurs œuvres au même rythme étonnant. Nous étions rapides, en ce temps-là. Normal : nous étions très jeunes...

Robert Silverberg

Ma carrière de pornographe

11,00 €   Ajouter au panier

Bifrost n° 37

Bifrost n° 37

(...) Les Kaliandrais sont frugivores et insectivores. Ils sont incapables de porter atteinte à toute espèce vivante en dehors des insectes et des plantes dont ils se nourrissent. Ils ne connaissent pas la guerre ni le meurtre. Ils sont télépathes et certains d'entre eux accueillent les âmes. Les âmes ont une conscience mais aucun souvenir d'une vie antérieure. Les âmes n'ont pas grand-chose à voir avec toute autre forme de vie. Les âmes sont peut-être une espèce à part entière qui sillonne le cosmos et aspire à se reposer dans quelque cerveau douillet. Les âmes sont peut-être des parasites mentaux qui passent d'un corps à un autre. Pour le Cardinal Longkwist, représentant suprême de l'OEkumen à bord du Kynsos Marcusbi II, les âmes sont des émissaires du Diable venus corrompre le Paradis. Et les indigènes primitifs — comme il les nomme du coin de la bouche pour ne pas trop souiller sa langue — qui les hébergent doivent être exorcisés...

Jacques Barbéri

10,00 €   Ajouter au panier

Ça vient de paraître

Waldo

Le prochain Bifrost

Bifrost n° 95
PayPlug