En-tête Miro HetzelEn-tête PalanquineEn-tête Bifrost 86En-tête UHL8En-tête CF1

Les Vandales du Vide

(Vandals of the Void, 1953)

de Jack VANCE


Disponible  Livre broché 17,00 €
Disponible  Livre numérique ePub PDF Kindle 8,99 €
Disponible  Papier + numérique 25,99 €

L'homme est en passe de conquérir l’ensemble du Système solaire. Mais en ces temps aventureux où l’horizon humain s’élargit aux proportions du cosmos, alors que les pionniers ouvrent de nouvelles voies à force de courage et d’abnégation, il en est certains pour profiter des mannes de l’espace, et de la pire des manières. L’âge de la piraterie spatiale pourrait bien s’annoncer... Face au mystérieux Basilic et sa flotte de forbans, Dick Murdock, jeune Vénusien ayant rejoint son père astronome dans un observatoire lunaire, semble bien démuni. Il lui faudra pourtant faire preuve de la plus grande inventivité et de ressources inattendues pour espérer sauver ses proches, mais aussi, surtout, préserver la route des étoiles...

Paru en 1953, ultime roman SF inédit en français de l’immense Jack Vance (1916-2013), Les Vandales du vide inaugure la collection « Pulps », un espace éditorial dédié à l’aventure, à la science-fiction grand spectacle, à cette veine première du genre où soufflent les vents de l’épique et du cosmique.

L'actu du livre

Revue de presse

« En résumé, un roman qui, s’il n’est pas un grand Jack Vance, plaira certainement aux amateurs de Pulp SF (et en cela, il atteint parfaitement son objectif), des romans de l’âge d’or de la SF et de Space Opera à l’ancienne. » Le blog uchronique de Daidin

« Pour autant, ce roman possède suffisamment de qualités (action, rebondissements, sense of wonder) pour que le lecteur, surtout nostalgique de ce moment-là de l’histoire de la science-fiction, y trouve son compte. Surtout, Les Vandales du vide est plein d’une qualité : l’innocence. Alors ne boudons pas notre plaisir : vive les pulps ! ActuSF

« Une friandise inattendue signée Jack Vance, agréable comme des retrouvailles après une longue séparation, ça ne se refuse pas. Surtout quand le roman en question, loin d’être un mauvais fond de tiroir, nous fait passer un si rafraîchissant moment. Adjugé. » Librairie Critic