Revue de presse

“Le Crépuscule de la Hanse” : l'avis d'Apophis

« [ce tome] joue parfaitement la partition prévue par son auteur dans la construction de son Histoire du futur, et les moments de fraternité, d’amitié, d’amour, entre des personnages qui sont tout les uns pour les autres (même s’ils n’en ont pas toujours conscience), ou les vitupérations colorées et braillardes de van Rijn, forment un contrepoint aussi agréable que bienvenu à cette atmosphère crépusculaire. » Le Culte d'Apophis

“L'Arithmétique terrible de la misère” au Pays de Cave Trolls

« L’arithmétique terrible de la misère est ainsi un très bon recueil de science-fiction montrant une impression d’unité et explorant de nombreuses thématiques très actuelles comme la détérioration du monde du travail, l’écologie, les migrants, les violences féminines. Le tout passé sous une plume acerbe, et un humour noir caractéristique de Catherine Dufour. » Au Pays des Cave Trolls

L'Arithmétique terrible de la misère
L'Arithmétique terrible de la misère

“La Fabrique des lendemains” dans les Chroniques du Chroniqueur

« À travers des récits qui mettent en scène des transhumanités et des posthumanités, des explorations de l’empathie que peuvent ressentir les machines, le rôle des technologies dans les relations amoureuses et dans la fracture sociale, mais aussi les motifs de l’apparition et de la disparition, Rich Larson déploie toute l’étendue de son talent. Il montre toute la richesse des thématiques de la SF contemporaine, dans les futurs qu’elle décrit et les formes d’empathie qu’elle comporte. » Les Chroniques du Chroniqueur

“Vigilance” : l'avis de Grishka

« C’est ce qui fait de Vigilance un roman passionnant autant que dérangeant. Une autopsie d’un corps social encore vivant, pourrissant lentement sous nos yeux. Un rappel que nous sommes tous spectateurs, que nous sommes tous la cible marketing de quelqu’un d’autre, que nous sommes tous… complices, car passifs?? En un mot, un bon coup de pied au cul. » Grishka

“Trop semblable à l'éclair” chez Plume en clair-obscur

« C’est surtout une œuvre de science-fiction intelligente, de celle qui questionne notre temps par le prisme du genre, un véritable OVNI littéraire et explosif qui, pour moi, offre une expérience de lecture inédite, proche de celle que j’ai pu vivre en découvrant Hypérion, de Dan Simmons.
En fait, Trop semblable à l’éclair, c’est bien “un truc de dingue”, éblouissant. Vertigineux. » Plume en clair-obscur

Dune : l'avis de Lorhkan

« Alors que dire si ce n’est que cette parution de la collection “Parallaxe” est un superbe recueil d’articles (en plus d’être un bel objet joliment illustré par Cedric Bucaille), passionnant de bout en bout et offrant un éclairage complet et remarquablement documenté sur une œuvre qui n’a pas fini de faire parler d’elle et qui s’impose encore aujourd’hui comme un texte majeure du genre SF ? Tout simplement indispensable à tout lecteur cherchant à tirer la substantifique moelle du roman de Frank Herbert. » Lorhkan et les mauvais genres

“Eriophora” chez Encre noire

« Cerise sur le gâteau, le texte est offert dans un écrin d’une qualité irréprochable : couverture double signée Manchu, illustrations intérieures, jeu typographique offrant au lecteur attentif une suite cachée au récit principal. Les éditions du Bélial’ frappent encore une fois très fort et nous offrent un nouvel incontournable de la littérature de science-fiction. » Encre noire

“La Fabrique des lendemains” : l'avis de Gromovar

« Il y a bien des années, j'ai acheté Neuromancien sans savoir vraiment ce que c'était et je suis resté scotché de la première à la dernière page. Il m'est arrivé la même chose ici. Dans les deux cas, un auteur visionnaire présente un futur qui allie, sans solution de continuité, hypothèses crédibles et époustouflant sense of wonder, qui offre donc à son lecteur un émerveillement intellectuellement acceptable. Du grand art. » Quoi de neuf sur ma pile

  Page 2 sur 39  

Ça vient de paraître

Ormeshadow

Le dernier Bifrost

Bifrost n° 101
PayPlug