Revue de presse

“Harrison Harrison” chez Scifi Universe

« Harrison Harrison est un roman d’aventures et d’apprentissage remplis de mystères qui pioche judicieusement dans la mythologie lovecraftienne : on y parle d’étoiles alignées, on y croise des créatures innommables et les tableaux peints enfermant l’âme des victimes sont remplacés par des sculptures sur os terrifiantes. Bref, ce roman émouvant et horrifique est à lire un soir de tempête ou en bord de mer sur la plage ! » Scifi-Universe

"La Survie de Molly Southbourne" dans la Yozone

« Avec La survie de Molly Southbourne, l’auteur parvient à se renouveler, à développer le personnage de Molly d’une autre manière, peut-être inattendue mais moins significative que la première fois où il a touché l’excellence. Y rester tient de la gageure, mais la présente novella fait bonne figure, prolongeant cette création si puissante, avant un ultime développement en cours d’écriture. » La Yozone

Le Bifrost 98 dans la Yozone

« La couverture de ce Bifrost 98 est une merveille introduisant parfaitement le dossier que j’ai trouvé excellent. Les nouvelles au sommaire ne déparent pas l’ensemble de haute volée.
Un très bon numéro ! » La Yozone

“Sept Redditions” dans la Yozone

« Après le très recommandable Trop semblable à l’éclair, Sept redditions conforte le lecteur dans le sentiment de tenir là un cycle de Science-Fiction qui fera date. Il est ambitieux, exigeant, troublant, surprenant tant il sort des sentiers battus, mais demande à être apprivoisé pour en embrasser toute la richesse et la beauté. » La Yozone

“Le Choix” au Pays des Cave Trolls

« Le Choix de Paul J. McAuley est pour moi un des plus beaux romans de cette collection Une heure Lumière. Un texte très humaniste qui démontre qu’en peu de pages, on peut arriver à produire une science-fiction de grande qualité, avec de nombreuses thématiques, de l’émotion et de la réflexion. » Au Pays des Cave Trolls

“Trop semblable à l'éclair” chez imaJn'ère

« En conclusion, Trop semblable à l’éclair est un roman dans lequel il faut se lancer en connaissance de cause. Il faut en accepter son rythme lent, sa narration particulière et la densité des informations qui surgissent dans chaque paragraphe. L’exigence demandée aura comme récompense le tableau extraordinaire d’une société plausible et cohérente, complexe et fascinante dans sa beauté et ses écueils, tellement bien peint qu’on désire et redoute en même temps d’y vivre un jour. » L'avis d'Audrey Pleynet sur ImaJn'ère.

“Comment parle un robot” : l'avis du Fictionaute

« Si l’ouvrage se veut accessible, il ne manque pas toutefois d’afficher une réelle ambition, laquelle ambition devra également se retrouver du côté du lecteur, condition indispensable pour une interaction réussie entre émetteur et récepteur. Superbe découverte que ce titre, pour qui souhaite élargir son champ de connaissance sur cette complexe et prometteuse discipline qu’est l’informatique linguistique. » lefictionaute.com

“Le temps fut” chez Yossarian

« Avec Le Temps fut, Ian McDonald brode donc sur un motif classique de science fiction, un récit à hauteur d’homme, empreint d’émotion, faisant se rencontrer petite et Grande Histoire sur fond de guerre éternelle. » Yossarian

  Page 2 sur 35  

Ça vient de paraître

Comment parle un robot ?

Le dernier Bifrost

Bifrost n° 98
PayPlug