Les critiques de Bifrost

Number nine

Number nine

Michel TONDELLIER, Thierry DI ROLLO
ENCRAGE
160pp - 11,43 €

Bifrost n° 6

Critique parue en octobre 1997 dans Bifrost n° 6

Vous aimez l'horreur gratuite et cradingue et vous n'êtes pas trop regardant quant à l'intrigue et surtout pas vis à vis de la vraisemblance scientifique : jetez-vous sur ce roman !

Number Nine fut précédé d'une réputation élogieuse : un futur dystopique — imaginez que toutes les centrales atomiques françaises nous fassent leur petit Tchernobyl les unes après les autres… Fatiguées de déporter les populations irradiées (toujours selon le modèle russe), les autorités françaises se sont contentées de les cantonner sur leurs lieux d'habitation en attendant que les victimes crèvent à petit feu. L'histoire de Number Nine commence à la question, que va-t-on bien pouvoir faire des corps ? Et là, les choses se gâtent…

Brûlez un corps irradié et vous obtiendrez des cendres et des poussières radioactives aussi nocives, aimablement dispersées par le vent. À éviter. Faites bouffer le même corps par un gros chien et vous obtiendrez un gros chien radioactif, de l'urine, des crottes et des poils radioactifs. Pas terrible non plus. Mais si un ingénieur généticien avait le pouvoir de créer un être capable de supprimer la radioactivité (par quel miracle digestif ???), le problème des irradiés ne se poserait simplement pas. Voici donc la solution…

La vraisemblance scientifique étant définitivement exclue de notre propos, reste l'intérêt de la fable elle-même. Passons sur la peinture assez rapide de l'état-nation déliquescent, (chômage quasi général, inflation galopante, perversité des élites, crimes et trafics impunis…). S'improvisant maître-chien-nécrophage, le héros plaque son boulot à la première occasion pour les beaux yeux d'une inconnue sans l'ombre d'une hésitation… Laquelle inconnue a pour talent principal la castration de ses amants, nombreux évidemment (trois, quatre ?). Très persuasive, elle est capable d'obtenir d'un ingénieur en manipulation génétique une bestiole sur mesure valant plusieurs millions de dollars, simplement en échange de ses charmes (incroyable ce que l'on arrive à faire avec quelques formes raisonnablement proportionnées). Ainsi voilà donc pour l'histoire.

Number Nine est une déception. Un autre de ces épanchements cathartiques identifiables dès les premières descriptions d'une société enfermée dans des faux choix (« brûlé ou dévoré »), confirmé par la passivité absolue du héros manœuvrable à merci, définitivement entériné par la première fellation castratrice — un fantasme si évident qu'il en deviendrait presque le stigmate naturel de ce genre de récit. Mais Number Nine est aussi le premier roman d'un jeune auteur : toute cette énergie, cette force mieux dirigée et no aveuglée par un pessimisme de surface aurait pu frapper là où ça aurait vraiment fait mal. Cela viendra peut-être…

David SICÉ

Ça vient de paraître

Les Galaxiales, l'intégrale

Le dernier Bifrost

Bifrost n° 108
PayPlug